La menace de Pékin aux manifestants à Hongkong : « Ceux qui jouent avec le feu périront par le feu »

Protesters throw back tear gas canisters in Hong Kong on Monday, Aug. 5, 2019. Droves of protesters filled public parks and squares in several Hong Kong districts on Monday in a general strike staged on a weekday to draw more attention to their demands that the semi-autonomous Chinese city's leader resign. (AP Photo/Kin Cheung)

Le message est brutal et menaçant : le bureau des affaires de Hongkong et Macao, l’agence gouvernementale chinoise en charge, à Pékin, de ces deux régions administratives spéciales, n’a pas mâché ses mots lors de la seconde de conférence de presse de son histoire. La première avait eu lieu il y a deux semaines. « Nous ne pouvons pas laisser Hongkong dans le chaos plus longtemps », a déclaré mardi 6 août le porte-parole du bureau, Yang Guang, avant de réaffirmer le soutien ferme de Pékin à la chef de l’exécutif hongkongais Carrie Lam et à la police de Hongkong. « Tous les Hongkongais doivent se poser la question calmement : si le chaos continue, à la fin, qui sera gagnant, qui sera perdant ? La Chine ne sera pas faible avec ceux qui enfreignent la loi. Ne sous-estimez jamais la ferme détermination et la puissance immense du gouvernement central. »

Avant de prononcer cette mise en garde : « Cela doit être très clair pour le tout petit groupe de criminels violents et sans scrupules et les forces répugnantes qui se cachent derrière eux : ceux qui jouent avec le feu périront par le feu, a martelé M. Yang. En fin de compte, ils seront châtiés. » La Chine a pour l’instant écarté le recours à l’armée chinoise stationnée à Hongkong, se contentant de rappeler que la loi le permet, si le gouvernement de Hongkong en fait la demande. Lire la tribune : « Dans la crise à Hongkong, la Chine ne reculera pas »

Grève historique

Depuis deux mois, Hongkong avait deux visages. Tous les week-ends, elle était une ville révoltée : une partie de sa population manifestait, pacifiquement d’abord, et à mesure que les semaines passaient, de plus en plus violemment, contre une loi d’extradition vers la Chine. Mais chaque lundi matin, Hongkong reprenait son rythme effréné de place financière mondiale. A peine remarquait-on quelques barrières laissées le long des trottoirs… elles étaient devenues barricades le temps d’un week-end. Mais lundi 5 août, le calme n’est pas revenu à Hongkong. Pour la première fois depuis 1967, la cité industrieuse a fait grève et connu une journée d’agitation.

Dans la journée, sept lignes de métro ont été partiellement suspendues, et plusieurs axes routiers majeurs bloqués

Environ 300 000 personnes auraient participé à huit rassemblements différents, selon les organisateurs. Comme à chaque fois, les événements sont d’abord pacifiques, jusqu’à ce que le gros du cortège se disperse, laissant la main à des jeunes équipés pour en découdre. Lundi, l’objectif était clairement de bloquer la ville pour ajouter à l’impact d’une grève moyennement suivie, mais historique. Dans la journée, sept lignes de métro ont été partiellement suspendues, et plusieurs axes routiers majeurs bloqués, dont le tunnel reliant l’île de Hongkong au continent, empêchant beaucoup de Hongkongais de se rendre sur leur lieu de travail. Des centaines de vols ont aussi été annulés, le personnel des compagnies aériennes ayant largement répondu à l’appel à la grève.

Dans la soirée de lundi, des échauffourées ont eu lieu à proximité de commissariats, de bâtiments officiels, de centre commerciaux, de parcs et même dans des résidences. Des cocktails molotov ont été lancés sur le parking d’un commissariat. Un défi pour les 34 000 agents de police de la ville, qui ont largement fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants, et arrêté environ 80 personnes dans la journée. La multiplication des activités de désobéissance civile a aussi conduit à de nombreux incidents : un van et un taxi ont forcé des barricades, fonçant sur les manifestants, dont un a été blessé. Des automobilistes en colère ont vu leur véhicule vandalisé, après avoir menacé la foule.

Dans le district de North Point, une dizaine d’hommes se présentant comme des habitants du quartier ont attaqué les manifestants avec des bâtons, rappelant les scènes de violences de la station Yuen Long, lorsque des centaines de membres de la mafia s’en étaient pris à des manifestants et de simples usagers du métro le 21 juillet, faisant 45 blessés. L’attaque avait profondément choqué les Hongkongais, posant la question de la passivité de la police. Cette fois-ci, les manifestants, plus nombreux et bien équipés, ont échangé des coups avec ces hommes avant de les faire fuir. Lire l’analyse : Secteur après secteur, toute la société hongkongaise s’engage dans le mouvement

Guerre de communication

Dans la matinée lundi, la chef de l’exécutif Carrie Lam avait dénoncé un mouvement qui a « sérieusement sapé la loi et l’ordre à Hongkong et pousse la ville au bord d’une situation très dangereuse ». La dirigeante s’en était aussi prise au slogan le plus populaire du mouvement : « Libérez Hongkong, le temps de la révolution. » Le terme « guangfu » (« libérez ») qui peut aussi se traduire par « reprendre un territoire », inquiète le gouvernement. « Ils appellent à une révolution pour libérer Hongkong. Ces actions remettent en cause la souveraineté nationale, et laissent présager un pays deux systèmes », a mis en garde Mme Lam. Pour autant, les slogans appelant plus clairement à l’indépendance de Hongkong n’ont jamais pris dans le mouvement.

Lundi, la police a aussi tenu une conférence de presse, qui sera désormais quotidienne. Elle a donné quelques chiffres : depuis le 9 juin dernier, 1 000 cartouches de gaz lacrymogène, 160 balles en caoutchouc et 150 balles « en mousse » (qui malgré leur nom, sont capables de briser des os) ont été tirées, et 420 personnes arrêtées. Un décompte obsolète le soir même, car la police a fait à nouveau largement usage de lacrymogènes et autres projectiles pour disperser les manifestants.

Face à cet effort de communication du gouvernement et de la police, les manifestants ont décidé de contre-attaquer. Mardi matin, des membres du forum en ligne hongkongais LIHKG, utilisé pour organiser le mouvement, ont tenu leur propre conférence de presse. Les trois jeunes qui se sont exprimés, le visage masqué et portant un casque jaune, devenu symbole d’un mouvement rompu à la violence, ont répondu aux attaques des dirigeants de Hongkong et rappelé les principales revendications du mouvement : retrait officiel du projet de loi d’extradition qui n’a été que « suspendu », élection de l’exécutif au suffrage universel et une commission d’enquête indépendante sur les violences policières.

lemonde.fr

.