L’affaire Snowden : quel impact sur notre quotidien ?

NSA whistleblower Edward Snowden, an analyst with a U.S. defence contractor, is seen in this file still image taken from video during an interview by The Guardian in his hotel room in Hong Kong June 6, 2013. A Russian newspaper critical of President Vladimir Putin is among the nominations for the 2015 Nobel Peace Prize, along with Snowden, Pope Francis and a priest helping African migrants. Former U.S. spy agency contractor Snowden, who leaked details of U.S. electronic surveillance, has been nominated for showing how citizens are monitored with few democratic controls. To match story NOBEL-PEACE/ REUTERS/Glenn Greenwald/Laura Poitras/Courtesy of The Guardian/Handout via Reuters/Files (CHINA - Tags: MEDIA PROFILE HEADSHOT)ATTENTION EDITORS - THIS IMAGE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. FOR EDITORIAL USE ONLY. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS. NO SALES. NO ARCHIVES. THIS PICTURE WAS PROCESSED BY REUTERS TO ENHANCE QUALITY. AN UNPROCESSED VERSION WAS PROVIDED SEPARATELY. NO THIRD PARTY SALES. NOT FOR USE BY REUTERS THIRD PARTY DISTRIBUTORS. MANDATORY CREDIT

En 2013, l’une des plus grosses affaires internationales d’un lanceur d’alerte face à des gouvernements nationaux a éclaté : Edward Snowden, alors consultant pour la CIA, reçoit des informations compromettantes indiquant que les données personnelles des appareils électroniques du grand public sont collectées… Par les services de renseignements. Depuis, il réclame l’asile politique à des pays et tente de retrouver, tant bien que mal, une situation d’individu libre. Retour sur cette affaire qui marque encore les esprits.

Snowden, la révélation du siècle

Son histoire va faire l’objet d’une publication littéraire : Edward Snowden ne pensait pas créer un raz-de-marée aussi important en 2013, lorsqu’il révèle à la presse, sources à l’appui, que les « gouvernements nous observent ». Enfin, plus exactement, ce sont les services de renseignements. Appareils photo, téléphones intelligents, ordinateurs : tous les supports sont des mines d’or que les gouvernements peuvent tracker en quelques clics, où que vous soyez.

Très vite, cela a posé problème à plusieurs échelles : d’une part, chez les gouvernements concernés (américains et britanniques), qui ont dénoncé cette pratique comme étant néfaste pour leurs techniques d’espionnage, mettant en danger une partie de la population, d’autre part, le grand public, surpris d’être surveillé en permanence, ou « sur écoute ».

Cette affaire s’est étendue de 2013 à 2015 en termes de révélations officielles, mais n’est aujourd’hui pas terminée. Elle lève ainsi de lourdes questions sur la nécessité de protéger ses données et sur la liberté de mouvement, notamment chez les particuliers ou les entreprises.

L’impact des révélations sur le grand public

L’un des principaux impacts de cette révélation a été la prise de conscience pour les gens « lambda » de l’existence d’une surveillance accrue de leurs moindres faits et gestes. C’est pourquoi apprendre à surfer anonymement est essentiel pour protéger vos données personnelles, aussi bien aux yeux des gouvernements que des potentiels hackers.

Ainsi, depuis 2013, la technique du chiffrement s’est largement démocratisée sur Internet. Cela permet, notamment aux entreprises proposant des prestations de services, de mieux protéger les données des utilisateurs face aux intrusions des gouvernements et autres tierces parties. Sur le plan individuel, le recours au VPN (Virtual Private Network), qui permet de cacher l’adresse IP et de protéger les données de navigation, s’est aussi développé.

En outre, les États-Unis ont adopté le USA Freedom Act en 2015, qui a réduit les pouvoirs des services de renseignement sur le grand public.

Quelle fin envisager pour cette affaire politique internationale ?

À ce jour, Snowden est réfugié politique en Russie depuis près de 5 ans. Alors qu’un autre lanceur d’alerte et fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a été arrêté au Royaume-Uni il y a quelques semaines, le climat de tensions autour de cette affaire s’est accentué. Ainsi, plusieurs proches ou contacts ayant participé aux déplacements ou à la fuite de Snowden sont poursuivis. Son avocat a été forcé à l’exil, plusieurs de ses soutiens ont été interrogés à plusieurs reprises. Cependant, tout récemment, une femme l’ayant aidé s’est cependant vu offrir l’asile politique au Canada.

Cela n’empêche pas Snowden de donner des conférences ou des interviews à distance, comme il l’avait fait en 2014, pour indiquer qu’il travaille sur des outils d’amélioration de la protection de la vie privée. Plus largement, cette situation pose également la question de la définition et de l’encadrement juridique du lanceur d’alerte. Une chose est certaine, si la traque de l’Américain est loin d’être terminée, pour Snowden, le plus important est là : « si les gens sont encore impuissants face à cela, au moins, maintenant, ils savent ».

Publié par wikistrike.com