Le Ghana déjoue un “coup d’État”

Les forces de sécurité ghanéennes ont déjoué “un complot” qui ciblait la présidence et dont “le but ultime [est] de déstabiliser le pays”, selon le ministère de l’Information.

Vendredi dernier, une opération de sécurité conjointe a conduit à l’arrestation de trois personnes et à la saisie de plusieurs armes, selon le communiqué.

Parmi les personnes arrêtées figurait un fabricant d’armes local.

L’opération a eu lieu après “15 mois de surveillance et de collecte de preuves sur les activités des principaux suspects et autres”.

Entre juin et août de l’année dernière, l’un des suspects “a contacté un certain nombre de militaires en service et leur a parlé pour les convaincre d’élaborer et d’exécuter un complot visant à obtenir des armes, à prendre le contrôle d’installations clés et à obtenir des fonds en vue de prendre le pouvoir”, indique le communiqué.

Le Ghana est considéré comme l’un des pays les plus stables d’Afrique de l’Ouest depuis sa transition vers la démocratie multipartite en 1992, reléguant au passé une succession de coups d’État.

Le président Nana Akufo-Addo a remporté une élection en décembre 2016, le président sortant John Mahama acceptant la défaite après un scrutin âprement disputée.