Le Mali endeuillé par une attaque meurtrière qui a tué des dizaines de soldats

A la veille de la visite de la ministre française des armées, le bilan provisoire fait état de 49 morts. Des renforts ont été dépêchés près de la frontière avec le Niger.

Au Mali, le 1er novembre 2019 restera marqué par une des attaques les plus meurtrières de ces dernières années. Alors que la ministre française des armées, Florence Parly, est attendue mardi dans la capitale Bamako et au nord du pays pour faire un point sur la situation sécuritaire, les forces armées maliennes (FAMa) ont essuyé à Indelimane, dans le Nord-Est, une attaque non revendiquée qualifiée de « terroriste » par le gouvernement.

Le bilan communiqué samedi sur sa page Facebook par l’armée malienne fait état de 49 morts et de trois blessés. Un précédent bilan donné vendredi soir par le porte-parole du gouvernement, Yaya Sangaré, faisait état de 53 soldats et d’un civil tués. « Le processus d’identification des corps est encore en cours, il se pourrait que des ennemis se trouvent parmi eux », a précisé M.Sangaré. De lourds dégâts matériels ont également été enregistrés sans que des précisions ne soient pour l’heure données sur ce point, et vingt soldats rescapés ont été pris en charge.

Assaillants à moto

Selon une source sécuritaire, trois groupes composés d’une centaine d’assaillants à moto et en pick-up ont attaqué le poste des forces maliennes vers midi vendredi, à l’heure du déjeuner. La violence de l’attaque, qui a débuté par des tirs de mortiers d’après le porte-parole du gouvernement, aurait rapidement mis en déroute les soldats maliens. « Les éléments armés se sont ensuite retirés vers le Niger », ajoute Yaya Sangaré, confirmant un modus operandi devenu tristement classique dans cette zone de frontières.

« Le camp a été saccagé, quatre véhicules ont été brûlés et trois autres emportés », confie au Monde une source au sein du Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA), un groupe politico-armé qui a dépêché des éléments sur place depuis Ménaka, ville à l’est d’Indelimane. « L’attaque était terminée lorsque nous sommes arrivés. Nous avons porté assistance à la vingtaine de rescapés et aux blessés, avant que les renforts des FAMa n’arrivent en fin d’après-midi. »

Lemonde.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.