Le ministre grec de la Défense n’exclut pas un conflit militaire avec la Turquie




fr.sputniknews.com

Face à l’intention de la Turquie de partir à la recherche de gaz et de pétrole en Méditerranée, le ministre grec de la Défense a promis le 4 juin dans une interview à Star Channel d’utiliser armes diplomatiques et mesures de dissuasion, évoquant même une participation militaire.

La Grèce est prête à tout, y compris à une action militaire contre Ankara pour protéger ses droits souverains, a déclaré jeudi 4 juin Nikolaos Panagiotopoulos, ministre grec de la Défense, dans une entretien à la chaîne de télévision Star Channel.

«Le comportement de la Turquie a été assez agressif ces derniers temps. J’estime que la seule façon pour la Grèce de faire face à un tel comportement, qui a généralement tendance à l’agression, c’est d’une part, d’utiliser toutes ses armes diplomatiques et d’autre part, de renforcer la puissance dissuasive des forces armées», prévient-il.

En outre, M.Nikolaos n’exclut pas une solution militaire au conflit.

«Nous nous préparons à toute situation. Bien sûr, tout est possible, y compris la participation militaire. Nous ne le voulons pas, mais nous souhaitons dire clairement que nous ferons de notre mieux pour protéger nos droits souverains dans tout la mesure possible», souligne le ministre.

Les projets de la Turquie en Méditerranée

© Sputnik . Sergej Guneew

Une déclaration qui est intervenue après qu’un journal gouvernemental turc a publié le 30 mai une demande de licence pour l’exploration et la production d’hydrocarbures près des îles grecques.

Le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias a informé le 1er juin que la Turquie tentait de s’approprier les droits souverains d’un autre pays, qualifiant la requête de provocation, car il s’agit du plateau continental grec.

Par ailleurs, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a soumis le 3 juin une lettre aux dirigeants de l’Union européenne à propos des «provocations turques». La Grèce considère qu’une éventuelle escalade avec la Turquie ne conduira pas à une crise gréco-turque, mais à une crise euro-turque.

Recep Tayyip Erdogan a confirmé jeudi 4 juin lors d’une conférence de presse conjointe avec le chef du Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) Fayez el-Sarraj à Ankara que la Turquie et le GNA de Libye avaient l’intention de mener des travaux de prospection pétrogazière en mer Méditerranée.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.