Le tueur de Virginia Beach n’avait pas été licencié, il venait de démissionner

Avant d’abattre douze personnes dans la station balnéaire américaine de Virginia Beach et d’être tué par la police le vendredi 31 mai, l’employé municipal à l’origine de la récente tuerie avait présenté sa démission quelques heures avant, selon une annonce, dimanche, des autorités.

Depuis la tuerie de Virginia Beach, pendant laquelle l’employé municipal DeWayne Craddock a fait 12 victimes vendredi 31 mai avant d’être abattu par la police, les autorités se sont employées à démentir plusieurs rumeurs sur les motifs du tueur, notamment que celui-ci aurait été licencié juste avant.

Interrogé en conférence de presse, le responsable administratif de cette station balnéaire de la côte est des États-Unis a toutefois confirmé dimanche 2 juin en répondant par une simple affirmative que le tireur avait présenté sa démission vendredi avec deux semaines de préavis.
« Le travail de l’auteur était satisfaisant, il était bien vu

« Il a prévenu ses supérieurs hiérarchiques ce matin-là, vendredi », a déclaré Dave Hansen. « D’après ce que je sais, il l’a fait par e-mail ». « Nous sommes en train d’établir où ce courrier se trouve », a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

« Il n’avait pas été licencié, et il n’était pas en train d’être licencié », a martelé dimanche M. Hansen. « D’après ce que je sais, le travail de l’auteur (de la fusillade) était satisfaisant, il était bien vu par son département et il n’y avait aucune mesure disciplinaire en cours ».

Les interrogations perdurent sur son mobile

Le mystère continue donc à planer sur le mobile du quadragénaire, qui était employé depuis environ quinze ans au service des travaux publics de cette ville balnéaire de 450 000 habitants à quelque 300 kilomètres au sud de Washington.

Dimanche 2 juin, le président américain Donald Trump – vêtu de manière inhabituelle, en blazer, mais sans cravate – a assisté à un office religieux à Vienna, en Virginie, près de Washington, où il a prié pour les victimes de la fusillade.

Celle-ci a commencé à 16h (heure locale) vendredi 31 mai dans un bâtiment municipal, lorsque M. Craddock a ouvert le feu « à l’aveugle » sur toutes les personnes se trouvant sur son passage. Parmi les 12 victimes, 11 étaient employées comme lui de la ville balnéaire où se trouve également une importante base de la marine américaine. Quatre personnes ont également été blessées, dont trois grièvement.

M. Craddock était armé de deux pistolets de calibre 45 achetés légalement en 2016 et 2018 selon la police. Deux autres armes ont été retrouvées à son domicile.

(avec AFP)