LES NOTABLES ET DIGNITAIRES DU GABON DEMANDENT LA VACANCE DU POUVOIR

Ali Bongo est devenu un oiseau migrateur. De l’Arabie Saoudite au Maroc, le président de la république gabonaise est toujours en Angleterre pour suivre des traitements et examens en rapport avec son AVC. Et ça fera bientôt un an que ça dure. La convalescence n’en finit plus, et les doutes sur la capacité du chef d’État gabonais d’assumer pleinement l’exercice de ses fonctions subsistent. Les demandes de vacance du pouvoir se multiplient.

Après le collectif Appel à agir, c’est le tour du Collectif des anciens cadres, notables et dignitaires de la République gabonaise de demander maintenant  la déclaration de la vacance du pouvoir. “Aujourd’hui plus qu’hier, lorsqu’il s’est agi de réaliser une dynamique autour d’un seul candidat de l’opposition pour l’élection présidentielle d’août 2016, il se manifeste crûment une unanimité consensuelle. Cet impératif est tout aussi constant qu’évident. Il doit permettre le rétablissement du pays dans la norme constitutionnelle et les formes institutionnelles dignes d’un État moderne, respectable et respecté, afin que tout Gabonais de souche et d’adoption, à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières, puisse se sentir fier de son pays”, a déclaré le porte-parole du collectif, Kakou Mayaza, ancien ministre de la république gabonaise.

” Le calice de la honte et de l’indignité est trop rempli pour que nous le buvions jusqu’à la lie. Les Gabonais ne sauraient rester insensibles ni se soustraire de cette crise sans nom, sans risque d’encourir les condamnations de l’histoire et des générations futures”, poursuit-il.

Pour Euphraise Nyangui, porte-parole du Collectif des femmes citoyennes, c’est le même son de cloche alarmiste : ” Devant la gravité de la situation du moment, mobilisons-nous et agissons sans relâche, exigeons fermement la déclaration de la vacance du pouvoir, afin que cesse la dérive institutionnelle créée par un simple commis de l’État, qui n’est investi d’aucune prérogative constitutionnelle, fût-il directeur de cabinet d’un président de la République usurpateur et illégitime”.

Pendant ce temps,  la tournée de Brice Laccruche Alihanga,  Directeur de cabinet politique du Chef de l Etat Ali Bongo Ondimba qui fait la tournée digne d’un chef d’État, dans la province de l Ogooué Maritime. Qui dirige vraiment le Gabon? Plus que jamais, cette question est d’actualité.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.