Liban: le camp palestinien d’Aïn el-Héloué secoué par de violents affrontements

Au Liban, de violents affrontements ont secoué le camp palestinien d’Aïn el-Héloué ce vendredi 2 août après l’assassinat d’un militant du Fatah.

Hassan Alaeddine a été tué par balle dans un quartier du camp où des groupes islamistes radicaux sont bien implantés. Dès l’annonce de sa mort, de violents combats aux armes automatiques et aux roquettes ont éclaté, semant la panique dans les ruelles étroites du camp le plus peuplé du Liban, qui abrite 70 000 réfugiés. Des habitants effrayés ont fui les zones de combats vers des quartiers plus sûrs. Après une accalmie en fin d’après-midi, les tirs ont repris en début de soirée entre des militants du Fatah et des membres d’un groupe radical tenu pour responsable de l’assassinat.

Des dizaines d’islamistes recherchés par la justice pour des liens présumés avec des groupes terroristes sont réfugiés à Aïn el-Héloué depuis des années. Ils contrôlent plusieurs quartiers où l’armée libanaise n’est pas autorisée à entrer. Ce camp est régulièrement le théâtre d’affrontements entre les principales organisations et les mouvements extrémistes.

Ces combats interviennent alors qu’une forte tension est perceptible dans les camps du Liban, où des protestations ont lieu depuis deux semaines contre une décision des autorités libanaises de réorganiser la main-d’œuvre étrangère. Une mesure qui risque, selon les Palestiniens, de précariser l’emploi des réfugiés, à qui les lois libanaises interdisent d’exercer plus de 70 métiers.