Libye : tirs sur l’aéroport de Mitiga en violation de la trêve

Des tirs de roquettes ont visé dimanche l’aéroport de Mitiga, le seul fonctionnel de la capitale libyenne, en violation d’une trêve temporaire décidée par les belligérants, qui s’affrontent depuis plus de quatre mois autour de Tripoli.

Situé à quelques kilomètres à l’est de la capitale, Mitiga se trouve dans la zone contrôlée par le gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli.

“L’aéroport de Mitiga a été la cible de tirs au matin du premier jour de l’Aïd al-Adha”, a indiqué la direction de l’aéroport sur Facebook. Le trafic aérien a été suspendu “jusqu‘à nouvel ordre”, a ajouté la direction, qui a diffusé des photos montrant des colonnes de fumée à quelques mètres de la piste où sont stationnés les avions.

Les belligérants se sont mutuellement accusés d’avoir violé l’accord d’une trêve temporaire réclamée par l’ONU durant l’Aïd al-Adha, célébration religieuse qui commence dimanche et se poursuit jusqu‘à mardi en Libye.

Homme fort de l’est libyen, le maréchal Khalifa Haftar a lancé le 4 avril une offensive pour conquérir Tripoli, siège du GNA, reconnu par l’ONU. Après plus de quatre mois d’affrontements meurtriers, les forces du maréchal stagnent aux abords de la capitale, freinées par les forces loyales au GNA.

Origine incertaine
Des chaînes de télévisions libyennes ont fait état d‘échanges de tirs dimanche dans le secteur de la route de l’aéroport international de Tripoli, fermé et gravement endommagé en 2014 par des combats.

Par ailleurs, l’opération des forces pro-GNA “Volcan de la colère” a accusé les forces pro-Haftar de “violation de la trêve (…) après la chute de roquettes dans le quartier de Soug al-Jomaa” dans l’est de Tripoli.

Trois personnes qui se trouvaient dans un abattoir ont été blessées, a-t-elle indiqué sur sa page Facebook.

Il n’y a eu aucune confirmation sur l’origine des tirs.

Dans la nuit de vendredi à samedi, le GNA avait dit “accepter une trêve humanitaire pour les jours de fête d’Al-Adha”.

Les forces pro-Haftar avaient également annoncé souscrire à la trêve, annonçant “l’arrêt de toutes les opérations militaires dans la banlieue de Tripoli” de samedi à lundi.

Ancienne plateforme militaire utilisée pour le trafic civil en remplacement de l’aéroport international de Tripoli, Mitiga est fréquemment visé par des tirs depuis le début de l’offensive du maréchal Haftar.