L’Italie bloque toujours le débarquement de 131 migrants dans le port d’Augusta

Le navire des garde-côtes italiens Gregoretti a été autorisé à accoster dimanche 28 juillet à l’aube dans le port d’Augusta, en Sicile. Mais Rome attend un accord de l’UE avant de faire débarquer 131 migrants encore bloqués à bord depuis trois jours.

Comme cela c’était produit au mois d’août 2018 avec un autre bateau des garde-côtes italiens, leDiciotti, bloqué dans le port de Catane pendant 5 jours, Matteo Salvini refuse de faire débarquer les migrants à bord du navire Gregoretti, tant qu’une solution solidaire ne sera pas trouvée.

L’an dernier, le feu vert avait finalement été donné grâce à l’engagement de l’Église italienne qui a pris en charge l’accueil des 150 personnes secourues.

Cette fois-ci, il semble que Rome teste l’accord entre 14 pays européens sur un mécanisme de répartition des migrants, annoncé le 22 juillet par le président Macron, suite à une réunion boudée par Salvini qui critique l’axe Paris-Berlin sur les questions migratoires.

Le ministre de l’Intérieur, soutenu par l’ensemble du gouvernement, affirme que les 131 migrants ne descendront du Gregoretti, qui a tout de même pu accoster dans le port militaire d’Augusta, qu’à partir du moment où la Commission européenne aura indiqué avec précision le nombre de pays prêts à les accueillir.

Le message du ministre italien de l’Intérieur a visiblement été entendu par l’Union européenne, relate Laxmi Lota, notre correspondante à Bruxelles. « Nous sommes en contact avec des pays membres pour recevoir les migrants », confirme une porte-parole de la Commission européenne. « Nous l’avons déjà fait à de multiples reprises lors de cas similaires dans le passé », ajoute-t-elle. Faute de mécanisme de solidarité, c’est en effet grâce à des discussions pays par pays que des migrants avaient pu être accueillis lors de précédents blocages de bateaux. Le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini adresse une sorte de test au président français Emmanuel Macron : ce dernier a annoncé il y a une semaine un accord entre 14 pays européens pour mettre en oeuvre un « mécanisme de solidarité. »

Les 140 migrants étaient partis de Libye à bord de deux embarcations distinctes. Ils ont été secourus par un bateau de pêcheurs siciliens et des vedettes des garde-côtes jeudi soir, le jour où plus de 110 autres sont morts ou disparus dans un naufrage au large de la Libye.

Les migrants ont ensuite été transférés à bord du Gregoretti. Neuf d’entre eux, dont une femme enceinte et sa famille ont été évacués vers l’île de Lampedusa pour raisons médicales. Les autres, ainsi que les 30 membres d’équipage du Gregoretti patientent au quai Nato, dans le port militaire d’Augusta près de Catane (sud).