Maladies contagieuses, infections, parasites : sur l’île de Samos, le camp de migrants est “une catastrophe”

Quelque 5 000 migrants sont entassés dans des conditions précaires dans le camp pour réfugiés de l’île de Samos, en Grèce, prévu pour accueillir seulement 700 personnes. Une situation extrême qui engendre des problèmes sanitaires. L’ONG Med’EqualiTeam, à la tête d’une clinique sur place, assure manquer de tout.

En Grèce, sur l’île de Samos, proche des côtes turques, un camp pour migrants et réfugiés craque. Alors que les arrivées en provenance de Turquie ont augmenté  de 17% en quelques semaines, selon les autorités grecques, ce camp, prévu pour 700 personnes, en héberge actuellement 5 000 dans des conditions plus que précaires. Sur place, la surpopulation, la promiscuité et le manque d’hygiène sont sources de maladies contagieuses et d’infections. À dix minutes à pied du camp, une clinique de l’ONG française Med’EqualiTeam, qui n’a plus l’autorisation de se rendre dans le camp depuis mai dernier, accueille, soigne et écoute les migrants. Elle tire aujourd’hui la sonnette d’alarme.

Entretien avec Maryline Falkowski, porte-parole et traductrice officielle de l’ONG.

InfoMigrants : Quelle est la situation sur place? 

Maryline Falkowski : Dans le camp, la situation est particulièrement compliquée. Alors que chaque personne est censée avoir un logement, dans les faits, beaucoup dorment dans la “jungle”, c’est-à-dire la forêt à côté du centre officiel. Ils sont entassés. Parfois, quatre ou cinq familles vivent dans une tente pour 6 personnes. Par ailleurs, ils ne peuvent ni boire ni manger correctement, ni même dormir correctement, donc leur système immunitaire est mis à mal. En plus de cela, ils n’ont pas accès à des sanitaires qui fonctionnent bien. Cette saleté et cette promiscuité engendrent des problèmes d’hygiène. C’est une catastrophe.

Des migrants dans la clinique de lONG MedEquali Team sur lle Samos en Grce en janvier 2019 Crdit  MedEquali Team

On a constaté un très net changement ces derniers mois dans la clinique : nous accueillons actuellement une centaine de patients chaque jour, contre 30 à 40 par jour à la même époque l’année dernière.

Quelles sont les pathologies auxquelles vous êtes confrontés?

Très régulièrement, le camp est contaminé par la gale. Il y a également beaucoup de parasites, comme par exemple les poux. Quand on a grandi dans un environnement avec des conditions hygiéniques correctes, on ne se rend pas compte des dégâts que peuvent créer les poux, mais c’est catastrophique. Les piqûres peuvent devenir des abcès purulents. En juin, on a aussi eu une épidémie de varicelle. Là encore c’est une maladie bénigne quand on a de bonnes conditions d’hygiène mais, dans le camp, c’est quasi impossible d’éviter l’infection de ces boutons qui deviennent vite des plaies. Sans compter que la varicelle est une infection très grave pour les femmes enceintes, qui sont présentes par centaines dans le camp. Il y a aussi beaucoup d’enfants : un quart des réfugiés du camp de Samos ont moins de 12 ans, et un tiers ont moins de 18 ans.

Maladies contagieuses, infections, parasites : sur l’île de Samos, le camp de migrants est "une catastrophe"

Med’Equali Team@EqualiMed

❗️
❗️
❗️
❗️
⬇️

URGENT
Thread
Rien que la semaine dernière, sur l’île de Samos 700 refugié.e.s supplémentaires sont arrivé.e.s par bateaux. Le camp qui a été conçu pour héberger 650 personnes en contient maintenant plus de 5000. La situation n’a jamais été aussi grave….520:23 – 19 août 2019Informations sur les Publicités Twitter et confidentialitéVoir les autres Tweets de Med’Equali Team

Vous avez lancé un appel aux dons. De quoi avez-vous besoin?

Tout est urgent. Matériellement, nous manquons de tout. Par exemple, de dentifrice. C’est banal mais une infection des dents peut se révéler gravissime. Nous avons aussi besoin de serviettes hygiéniques, d’autant plus car les femmes n’ont pas accès à des sanitaires à proprement parler. Il nous faut des traitements contre la varicelle, de la crème pour la gale, des médicaments pour des problèmes de constipation, qui sont fréquents ici, ou encore de la mélatonine car énormément de patients souffrent de cauchemars et d’insomnie en raison de leur traumatisme, de l’inconfort dans lequel ils vivent et de l’inquiétude quant à leur avenir.

Fournissez-vous de l’aide psychologique ?

Nous n’avons pas de psychologue mais nous avons souvent affaire à des personnes qui ne sont pas très solides psychologiquement, donc nous les redirigeons vers Médecins sans frontières [l’ONG est présente dans le camp, NDLR] qui organise des consultations de groupe, mais ils ne sont pas assez nombreux. Beaucoup de patients ont besoin de parler, d’exister tout simplement. Ils se sentent complètement perdus, ils sont bloqués là sans savoir pour combien de temps, ils se sentent en prison.

La Grèce est redevenue le premier pays d’entrée des migrants dans l’Union européenne. En quoi cette augmentation des arrivées a-t-elle changé votre travail ?

On a agrandi la clinique. Nous disposons désormais de six salles de consultation et une équipe de 24 bénévoles – constituée de médecins, d’infirmiers, mais aussi de réceptionnistes et de traducteurs – est en permanence présente sur les lieux, six jours sur sept. Nous sommes débordés. L’hôpital de la ville, lui, ne soigne les réfugiés que si leur cas a été médicalement reconnu en amont. En gros, il faut qu’il s’agisse d’une pathologie lourde, comme une tumeur au cerveau ou un problème cardiaque, et les délais sont extrêmement longs. Nous sommes donc la seule structure pour les réfugiés à Samos. On a un sentiment d’impuissance écrasant.