Maroc : vingt ans de règne de Mohammed VI et une économie inégalitaire

Mohammed VI fête ce mardi les vingt ans de son accession au trône. Au cours de ces vingt années, son pays s’est affirmé comme une puissance émergente et un acteur incontournable sur la scène africaine. Créations d’infrastructures, de pans entiers de l’industrialisation, comme l’automobile et l’aéronautique, bond en avant des énergies vertes… En deux décennies, le Maroc a connu une croissance moyenne de 4,5% mais au-delà de ces résultats, le pays demeure profondément inégalitaire, comme le révèle un récent rapport publié par l’ONG Oxfam.

Les succès de l’économie marocaine sont indéniables, comme le traduit le recul impressionnant de la pauvreté, passée, en vingt ans, de 15 % à 4 % de la population. Le Maroc de Mohammed VI s’industrialise, se modernise et projette sa puissance vers l’Afrique de l’Ouest, devenue terre de conquête pour les entreprises du royaume.

Pourtant, si la richesse se crée, elle est toujours mal répartie. Selon l’ONG Oxfam qui consacre une longue étude à ce sujet, le coefficient Gini qui calcule les inégalités n’a pas varié en deux décennies. Les déséquilibres sont territoriaux – la richesse se concentre dans les villes au détriment des campagnes – et ils sont aussi éducatifs. L’école publique est souvent défaillante et les classes aisées se ruent sur le privé. Les femmes restent largement moins alphabétisées que les hommes.

Les inégalités se retrouvent aussi dans le système de santé. Les Marocains doivent payer, en soins, ce que l’État ne dépense pas pour eux. En cause, selon Oxfam, une fiscalité qui, au lieu de répartir les fruits de la croissance, les concentre sur les classes aisées. Résultat, le Maroc est 123e pays sur 188 à l’indice de développement humain calculé par les Nations unies. L’Algérie est 83e et la Tunisie 97e.

Rfi