Nigeria: L’armée va poursuivre en justice 70 soldats impliqués dans la lutte contre Boko Haram

L’armée nigériane a annoncé jeudi qu’au moins 70 soldats seraient traduits en cour martiale pour divers crimes commis dans le cadre des opérations anti-insurrectionnelles en cours dans le nord-est du pays.

L’armée nigériane a inauguré jeudi 7 novembre une Cour martiale générale chargée de juger 70 membres du personnel de l’armée impliqué dans les opérations anti-insurrectionnelles menées dans le Nord-Est. C’est dans cette optique qu’Abdul Khalifa Ibrahim, commandant par intérim des troupes dans la région du nord-est, a annoncé lors de l’inauguration de la cour martiale spéciale de Maiduguri, capitale et plus grande ville de l’État de Borno, que ses fonctions seraient respectées par la loi et les principes de la réglementation militaire.

Le tribunal a été inauguré conformément à l’alinéa 131 (2) d) de la loi sur les forces armées, CAP A20 LFN 2004.

Khalifa a déclaré que le tribunal exercerait ses fonctions dans le respect des principes de la loi et de la réglementation militaire. Il a ajouté que les principes de justice, d’équité et de justice guideraient la procédure judiciaire.

Khalifa a déclaré que l’objectif était d’encourager le respect des normes éthiques et de promouvoir la discipline afin de garantir le succès de la mise en œuvre des opérations militaires.

“Les actes de lâcheté, de désertion, d’indiscipline et autres formes d’indiscipline n’ont pas leur place dans l’armée exécutant une guerre”, a-t-il déclaré.

Le commandant a toutefois enjoint aux membres de la Cour d’être équitables dans l’exercice de leurs fonctions.