Poutine accélère la dédollarisation de la Russie

Alors que les relations commerciales entre les États-Unis et la Russie continuent de se détériorer, le président Poutine s’efforce de dédollariser l’économie russe ou de promettre de rendre la Russie moins dépendante du dollar américain.

La Russie souhaite ainsi faire face aux sanctions économiques américaines entrées en vigueur après l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Ces dernières années, la banque centrale russe a commencé à se débarrasser de ses dollars à un rythme rapide. C’est plus difficile dans le commerce international, car le dollar reste très dominant sur les cinq continents.

L’euro en particulier bénéficie de la détermination de Poutine. Pour le quatrième trimestre consécutif, la part de la monnaie unique dans les exportations russes continue d’augmenter et la Russie paie désormais ses échanges avec l’UE et la Chine presque autant en euros qu’en dollars. 42 % de toutes les transactions entre la Russie et l’UE ont été réglées en euros au premier trimestre de cette année. Un an plus tôt, cette proportion était de 32 %. De même, désormais, les échanges entre la Russie et l’Inde sont majoritairement effectués en roubles.

Selon des initiés, la Russie n’est pas la seule à se livrer à cette dé-dollarisation. La Chine et l’UE ont également de bonnes raisons de le faire.

Plus de la moitié du chiffre d’affaires annuel de la Russie, qui s’élève à 687 milliards de dollars, est encore payé en dollars

Poutine accélère la dédollarisation de la Russie

Mais plus de la moitié des 687 milliards de dollars que la Russie génère annuellement est encore payée en dollars. Alors même que les les échanges commerciaux entre la Russie et les États-Unis représentent moins de 5 % de ce chiffre. Selon le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov, le passage à l’euro est nécessaire car près d’un tiers des paiements internationaux en dollars sont retardés. Premièrement, le gouvernement américain veut vérifier si la transaction est autorisée.

Plus du tiers des exportations russes vers la Chine sont également réglées en euros. Au début de 2018, ce montant était encore pratiquement nul. Les paiements en yuan chinois sont plus difficiles car la Chine restreint l’accès des étrangers aux actifs chinois. Le yuan n’est donc pas totalement convertible, ce qui en limite l’utilisation, mais les changements les plus importants concernent le commerce entre la Russie et l’Inde. Les deux tiers des 11 milliards de transactions ont été facturés en roubles au premier trimestre.

La part du dollar dans les transactions à l’exportation russes devrait continuer à diminuer. Bien que la Russie ne puisse pas renoncer complètement au dollar, le commerce du pétrole est toujours facturé en dollars américains.

Source wikistrike.com