RDC: Je n’avais aucun pouvoir pour décider d’abattre cet avion” (Thambwe Mwamba)

Par Oeil D’Afrique

Le nouveau président du sénat congolais (RDC), Alexis Thambwe Mwamba rejette toute responsabilité dans le tir contre un avion civil en 1998 par la rébellion du RCD dont il était porte-parole. 

Dans une interview accordée ce mercredi à la RFI, Alexis Thambwe Mwamba a expliqué n’avoir jamais eu le pouvoir de commanditer une attaque contre un avion. « Je n’étais qu’un porte-parole », a-t-il fait savoir. Et de rappeler : « je n’avais aucun pouvoir pour décider d’abattre cet avion ».

Pour rappelle, le 10 octobre 1998, le Rassemblement des Congolais pour la Démocratie, un mouvement rebelle qui occupait une partie de l’est de la RDC, avait abattu par missile un avion civil qui devait atterir dans la ville de Kindu. Porte-parole du RCD, Alexis Thambwe Mwamba avait affirmé, sur les ondes de la RFI, que cette attaque était l’oeuvre de son mouvement suite aux infos selon lesquelles cet avion apportait du renfort militaire à l’armée régulière. L’attaque avait tué plusieurs civils.

Depuis lors, cette affaire a collé à Thambwe Mwamba une étiquette d’éternel rebelle et meurtrier auprès d’une certaine opinion tant dans le pays qu’à l’étranger. A l’annonce de sa candidature à la tête de la chambre haute du parlement, plusieurs voix s’étaient levées pour s’y opposaient parce que son image serait en disgrâce.

Gardien de la constitution

Alexis Thambwe Mwamba balayé d’un revers de la main toutes les déclarations qui laissent croire que son élection s’inscrit dans un cadre d’un remplacement de l’actuel Chef de l’État, en cas d’empêchement définitif.

« Nous n’avons certainement pas cette arrière pensée. Le Président Félix Tshisekedi est un homme en parfaite santé et il n’y a aucune raison pour que nous puissions imaginer ce genre de scénario », a-t-il déclaré.

Il a précisé qu’il n’est point élu Président du Sénat pour suppléer le Chef de l’État en cas d’empêchement mais plutôt pour veiller à la stabilité des institutions.

« Moi-même je n’accède pas à cette responsabilité de deuxième personnalité de la République dans l’espoir de pouvoir occuper le poste de Président de la République pendant 4 mois maximum. C’est ce qui est prévu par la Constitution. C’est Non. Je suis là comme Président du Sénat pour veiller à la stabilité des institutions », a-t-il martelé.