Rouen : Les premiers résultats d’analyses sur la détection de dioxines dans l’air ne sont pas rassurants

Les premiers résultats d’analyses sur la détection de dioxines dans l’air, après l’incendie de Lubrizol, ne sont pas rassurants, notamment dans la commune de Préaux (au nord-est de Rouen) où ils sont quatre fois supérieurs à la normale, selon l’organisme expert Atmo Normandie.

Arrêtez de nous enfumer” : voici l’une des phrases scandée par les centaines de manifestants, ce mardi, à Rouen, treize jours après l’incendie de l’usine Lubrizol. Ils s’inquiètent toujours des conséquences de l’incident.

Atmo Normandie a réalisé des analyses de qualité de l’air sous le panache de fumée et les premiers résultats révèlent des taux relativement élevé de dioxine dans l’air, notamment autour de Préaux (nord-est de Rouen) : les taux relevés y sont quatre fois plus élevés que le normale.  Reste à poursuivre les analyses dans la terre, les végétaux et les animaux.

130 plaintes ont déjà été déposées par des habitants, entreprises ou communes touchés par les conséquences de cette catastrophe. Des habitants de la région ont aussi été victimes de démarchages abusifs. Des prélèvements effectués leur ont été facturés par des laboratoires, sans autorisation de la préfecture. Les services de la répression des fraudes ouvrent une enquête.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.