Russie : un passeur construit une fausse frontière avec la Finlande pour piéger des migrants




Dans la région de Saint-Pétersbourg, au nord-ouest de la Russie, un passeur a fait croire à des migrants d’Asie du sud qu’ils avaient atteint la Finlande. L’homme avait érigé de fausses bornes frontières et une clôture à proximité de la vraie frontière.

Un passeur a été arrêté en Russie mercredi 4 décembre après avoir installé une fausse clôture et de fausses bornes frontières dans la forêt, à proximité de la Finlande. Il voulait faire croire à des migrants originaires d’Asie du Sud qu’ils avaient atteint la frontière finlandaise.

L’homme avait demandé 10 000 euros aux quatre migrants transportés contre la promesse de les emmener dans l’Union européenne, selon les gardes-frontières russes. Il avait érigé ces fausses bornes dans la région de Saint-Pétersbourg, au nord-ouest de la Russie, à proximité de la vraie frontière avec la Finlande.

Abandonnés dans la forêt par le passeur

Après quelques heures de marche en forêt, le passeur avait guidé les migrants jusqu’aux fausses bornes, où il avait récupéré son argent avant de les abandonner, ont indiqué les gardes-frontières.

Les migrants ont été arrêté un peu plus loin par les gardes-frontières russes. Une vidéo du service des frontières les montre emmitouflés dans des parkas au milieu de la forêt, levant les bras au ciel au moment de leur interpellation.

Les quatre migrants floués ont été condamnés à des amendes et à être expulsés de Russie. Le faux passeur, lui, pourrait être poursuivi pour fraude.

Des Africains passent eux aussi par la Russie

Des migrants, notamment des ressortissants des pays démunis d’Asie centrale, ou d’Afghanistan, mais aussi d’Afrique tentent régulièrement de franchir la frontière de 1 340 km entre la Russie et la Finlande.

En 2015, en pleine crise des migrants, plusieurs milliers de personnes avaient emprunté la difficile voie de l’Arctique pour atteindre la Norvège en passant par la Russie.