Singapour victime de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

Des exportations en chute libre à Singapour, moins 17% en un an. Une situation économique marquée par le conflit sino-américain.

Normalement, Singapour est l’une des économies les plus compétitives et les plus florissantes du monde. Mais le pays publie des résultats calamiteux avec des exportations en forte baisse, moins 17% sur un an, et un PIB qui s’est contracté de 3,4% au deuxième trimestre de l’année. Des résultats qui font office de thermomètre pour l’état de santé de l’économie asiatique et mondiale.

Singapour, c’est un peu la Cassandre de l’économie mondiale. Quand ça va mal, c’est elle qui parle en premier. La particularité de cette cité-État, c’est d’abord d’être un paradis fiscal. Mais c’est aussi d’être ultra-dépendante de ses exportations, qui représentent 180% de son produit intérieur brut, et qui sont dirigées vers les pays du monde entier.

Une guerre commerciale qui affecte les exportations

Si la situation économique de Singapour se dégrade, cela signifie que ses partenaires sont eux-mêmes en difficulté, ou qu’ils vont bientôt l’être.

À commencer par la Chine, premier partenaire commercial de Singapour avec environ 14 % des échanges. Selon la compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (COFACE), qui évalue pour les entreprises les risques et les conjonctures économiques des pays, la guerre commerciale qui l’oppose aux États-Unis affaiblit la Chine. Cela se répercute directement sur l’économie de Singapour.

La baisse de la demande mondiale en électronique, plus de 13% des exportations de Singapour, est aussi en cause. Si les liens de cause à effet sont, en économie, toujours multiples, la guerre commerciale sino-américaine a commencé d’affecter les exportations de toute la sous-région : elles ont baissé de manière très importante à Singapour, mais également en Inde, en Indonésie ou encore en Corée du Sud.