Syrie: frappe américaine près d’Idleb, 40 chefs jihadistes tués

Le Pentagone a confirmé une frappe contre des chefs jihadistes ce samedi en Syrie. Selon une ONG le bilan est l’un des plus meurtriers infligés aux jihadistes en une attaque.

Les Etats-Unis ont mené ce samedi une frappe en Syrie contre des chefs jihadistes près de la ville d’Idleb, tuant au moins 40 d’entre eux selon une ONG.
    
“Cette opération visait des leaders d’AQ-S responsables d’attaques menaçant des citoyens américains, nos partenaires, ainsi que des civils innocents”, a indiqué le Pentagone dans un bref communiqué, sans donner de précisions sur la façon dont l’opération avait été menée.

Recrudescence des frappes américaines   

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui s’appuie sur un vaste réseau de sources en Syrie, a précisé que des tirs de missiles avaient visé une réunion rassemblant des chefs des groupes jihadistes Hourras al-Din et Ansar al-Tawhid ainsi que des chefs d’autres groupes extrémistes qui leur sont alliés dans un camp d’entraînement. “Au moins 40 d’entre eux” ont été tués, a déclaré Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH.
    
L’attaque est survenue au premier jour d’une trêve dans les bombardements du régime syrien et de son allié russe contre la région d’Idleb. Les groupes visés sont des alliés du HTS, l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda. Toutes ces factions ont déjà été la cible de raids aériens du régime syrien, de son allié russe, mais aussi de la coalition internationale antijihadiste dirigée par les Etats-Unis, et des Etats-Unis eux-mêmes.
      
Le 30 juin, les Etats-Unis ont mené une frappe “contre la direction d’Al-Qaïda en Syrie dans une structure d’entraînement” dans la province d’Alep, voisine de celle d’Idleb. L’OSDH a alors affirmé que la frappe avait fait huit morts, dont six commandants du groupe Hourras al-Din.

En 2014, les Etats-Unis ont mis sur pied une coalition internationale pour lutter contre Daesh qui a été vaincu en mars dernier en Syrie avec l’aide de forces kurdes. Mais des soldats américains sont toujours sur place en Syrie. Les frappes américaines contre les jihadistes avaient considérablement diminué depuis 2017.

Une trêve du régime syrien

Sur un autre front de la guerre, le régime syrien a cessé ses frappes aériennes ce samedi sur la région d’Idleb, au premier jour d’une trêve annoncée après quatre mois de bombardements dévastateurs, a indiqué l’OSDH.

Une ONG a indiqué samedi qu’un civil avait été tué dans des tirs de missiles du régime syrien sur Idleb, première “violation” d’une trêve ayant débuté en matinée et concernant uniquement l’armée syrienne.
    
Cette trêve a été annoncée la veille par la Russie, alliée du président syrien de Bachar al-Assad qu’elle aide dans le conflit, particulièrement dans son offensive contre les jihadistes et les rebelles dans la région d’Idleb, qui a fait plus de 950 morts parmi les civils depuis fin avril. Les combats au sol ont également cessé, selon l’ONG.
    
 Manon Fossat avec AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.