Trump aurait proposé à Erdogan des solutions concernant les S-400 russes

Alors que Recep Tayyip Erdogan est attendu ce 13 novembre à la Maison-Blanche, Donald Trump a proposé à la Turquie une série de mesures visant à améliorer les relations entre les deux pays, et notamment, à résoudre la question épineuse des S-400 russes acquis par la Turquie, rapporte le Washington Post.

À l’approche de la visite de Recep Tayyip Erdogan à Washington, Donald Trump a évoqué la possibilité d’un accord commercial de 100 milliards de dollars avec la Turquie et des mesures pour régler le différend lié à l’acquisition des systèmes de défense russes S-400 par Ankara,  relate le Washington Post.

Le journal, qui cite des sources au sein de l’administration américaine, indique que Donald Trump avait envoyé début novembre une lettre à son homologue turc pour annoncer ces propositions destinées à améliorer les relations entre leurs pays.

Ces mesures sont similaires à celles proposées à Erdogan en octobre pour empêcher l’offensive turque dans le nord-est de la Syrie, mais retirées après le lancement de celle-ci, indique la source.

«Une fois que nous avons obtenu le cessez-le-feu, nous avons décidé de remettre le paquet, y compris la visite [d’Erdogan, ndlr], sur la table», a affirmé un haut responsable américain.

Un autre responsable a de son côté tenu à souligner la nécessité de trouver un accord sur les S-400 russes achetés par la Turquie, un geste qui a suscité la crispation de l’Otan.

«La réalisation de tout objectif commercial bilatéral requiert avant tout des progrès concrets dans la résolution de problèmes majeurs, tel que l’achat par la Turquie du S-400 de la Russie», a-t-il estimé.

Selon le Washington Post, l’administration américaine insiste sur le fait que les systèmes de défense «ne deviennent pas opérationnels» d’une manière qui leur permettraient d’«accéder aux communications et moyens de défense des F-35».

Erdogan attendu à la Maison-Blanche

Donald Trump reçoit mercredi 13 novembre à la Maison Blanche son homologue afin d’évoquer la Syrie, le sort des prisonniers djihadistes ou encore l’Otan. Cette visite intervient sur fond de tensions entre Ankara et Washington alimentées par l’opération turque en Syrie.

Après l’annonce par M. Trump du retrait des troupes américaines déployées dans le nord-est de la Syrie, Ankara a lancé 9 octobre une offensive militaire visant les forces kurdes alliées de la Coalition internationale dans la lutte contre les djihadistes.

L’autre question à l’ordre du jour concerne les S-400 russes. Malgré les protestations de Washington, la Turquie a acheté ces systèmes de missiles antiaériens à la Russie. En réponse, les États-Unis ont écarté la Turquie du programme de développement de l’avion de combat furtif américain F-35, en dépit des investissements importants d’Ankara dans ce projet. Donald Trump s’est cependant montré réticent à punir Ankara pour l’acquisition des S-400, alors même que le Congrès estime que ces sanctions devraient être automatiques.

fr.sputniknews.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.