Turquie: Erdogan menace de lancer une offensive dans le nord de la Syrie

La Turquie va lancer une opération militaire contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie, à l’est de l’Euphrate. C’est en tout cas la menace proférée ce dimanche 4 août par Recep Tayyip Erdogan. Le président turc aurait averti la Russie, qui soutient le président syrien Bachar el-Assad, et les États-Unis, qui se sont appuyés sur les Kurdes pour combattre le groupe État islamique, de l’imminence de cette offensive.

Depuis la première offensive de l’armée turque dans le nord de la Syrie en août 2016, Recep Tayyip Erdogan a fait de l’élimination des forces kurdes qui s’y trouvent le fondement quasi exclusif de sa politique syrienne.

Ankara refuse de voir ces combattants kurdesétablir le long de sa frontière une sorte de mini-État, qui achèverait d’asseoir leur légitimité internationale et pourrait servir de base arrière pour attaquer le territoire turc.

Deux freins retardent jusqu’ici le projet de Recep Tayyip Erdogan. D’abord, il lui faut obtenir le feu vert de Moscou, principal soutien du régime syrien. Ensuite, les forces kurdes sont appuyées sur le terrain par des militaires occidentaux, principalement américains, dont la sécurité serait menacée en cas d’offensive turque.


Pour éviter d’en arriver là, Washington et Ankara négocient en vain depuis des mois l’établissement d’une zone dite « de sécurité » qui écarterait les combattants kurdes de la frontière turque.

Les menaces de Recep Tayyip Erdogan sont une façon de faire pression sur les États-Unis, alors qu’une délégation américaine est à Ankara ce lundi pour tenter de faire avancer les négociations.