Voici pourquoi Boko Haram coupe désormais les oreilles de leur victime

Boko Haram a décidé d’augmenter le niveau de la cruauté en coupant les oreilles de ses victimes àu Cameroun, au Nigeria et autour du lac Chad. sur la photo partagée en ligne, nous pouvons voir un groupe de femmes portant des bébés avec les oreilles coupées

Voici pourquoi Boko Haram coupe désormais les oreilles de leur victime

Boko Haram coupe désormais les oreilles de ses victimes. Ici, des femmes après l’attaque de Gakara, le 29 juillet dernier. C’est ce qu’a posté un soldat camerounais sur Facebook pour dénoncer le meurtre brutal et le comportement diabolique de Boko haram.

Boko haram, qui est le pire groupe terroriste en Afrique, a causé la mort de près de 10000 hommes, femmes et enfants, déplaçant plus de 2 millions de personnes de leur domicile. Après avoir enlevé 200 filles de Chibok et s’être mariées de force à certaines d’entre elles, décapitant leurs hommes, nous voulions savoir pourquoi la secte islamiste Bokp Haram coupaient maintenant les oreilles à leurs victimes.

Nos enquêtes nous ont conduits au Nigéria et nous avons rencontré des policiers qui nous ont conduits auprès de certains des combattants de Boko haram arrêtés ce jour-là. Nous leur demandons pourquoi coupent ils les oreilles à leurs victimes ?. bien qu’ils ne voulaient pas répondre à nos questions au début, l’un d’eux nous a dit que c’était pour les rendre sourd et muet.

Ce combattant de Boko haram nous a dit que s’ils ne se coupaient pas les oreilles, ils pourraient révéler leurs cachettes à l’armée qui les combattait. En leur coupant les oreilles, ils les rendaient inutiles et incapables de parler

Le président nigérian Muhammadu Buhari a condamné les l’attaque et a demandé à l’armée de l’air et à l’armée du pays d’entamer des patrouilles aériennes et des opérations au sol afin de traquer les assaillants, selon un communiqué publié par le bureau du président.

Commentant les difficultés rencontrées par l’armée nigériane pour vaincre Boko Haram, Shehu a déclaré que “la vérité, c’est le manque de capacité”. “Je ne dis pas un manque de capacité de combat, mais un manque de capacité. En termes de personnel, d’équipement, d’accès à la mobilité, il faut réagir rapidement”, a-t-il ajouté.

“L’armée, l’aviation et la marine nigérianes ont toutes évolué au cours de cette opération; elles sont très éparpillées sur le sol. Nous n’avons pas assez de bottes au sol pour tirer cette zone.”