ASSANE DIOUF DÉFÉRÉ : LES CHARGES RETENUES CONTRE L’ACTIVISTE




Assane Diouf face au Procureur, ce mardi. Selon les informations de Libération online, l’activiste qui a été déféré ce 2 juin est visé pour injures publics par le biais des Ntic, offense au Chef de l’Etat, appel au soulèvement et outrage à agent dans l’exercice de ses fonctions. L’activiste a été arrêté hier, lundi, à son domicile par deux hommes présentés comme des policiers du commissariat central de Guédiawaye.

Une arrestation que Assane Diouf a lui-même diffusé sur sa page Facebook. Dans une vidéo de 9 mn 37 s, on voit les deux hommes faire irruption dans la maison de l’activiste. Ils l’ont neutralisé avant de l’arrêter.

On lui reproche une vidéo qu’il a faite, ce dimanche, pour dénoncer la pénurie d’eau qui sévit dans certains quartiers de la banlieue. Pis, il aurait tenu des propos déplacés à l’encontre du chef de l’État et des autorités étatiques.

Il faut rappeler que Assane Diouf n’en est pas à sa première arrestation. Rapatrié des Etats-Unis, il était poursuivi par le Parquet pour le délit de diffusion de fausses nouvelles et outrage à un ministère de culte. Il lui était reproché d’avoir tenu des propos « désobligeants » à l’encontre du porte-parole du khalife général des Mourides, Serigne Bass Abdou Khadre Mbacké. Il a été condamné à 15 mois d’emprisonnement ferme pour outrage à un ministre du culte.