Détournement à la Poste de Sebikotane :L’ex-receveur lourdement condamné…




L’État et la Direction générale de la Poste n’auront pas les 150 millions de FCfa qu’ils réclament à l’ex-receveur Idrissa Ndong.

Ils devront se contenter de la somme de 100 millions de FCfa. Le prévenu a été reconnu coupable de détournement de deniers publics portant sur 98 millions de FCfa. Il a été condamné à cinq ans ferme et au paiement de dommages et intérêt d’un montant de 90 millions de FCfa.

150 millions réclamés par l’Etat
L’État avait fait appel sur les intérêts civils car il estime que son préjudice n’avait pas été suffisamment réparé puisqu’il réclamait 150 millions de FCfa. Cette malversation a eu lieu au bureau de poste de Sébikotane en 2013.

Des opérations fictives
A l’époque, Idrissa Ndong a, par un jeu de manipulations de comptes, réussi son forfait. Selon l’accusation, il faisait des opérations fictives et des ponctions sur les comptes de clients. Son modus operandi consistait, entre autres, à s’envoyer des mandats, à puiser ou à alimenter le compte de tiers. Il s’agissait de 11 opérations fictives d’une somme globale de 33 millions, soit 3 millions chacune, décelées avec Poste One.

52 comptes manipulés
Selon les résultats de l’audit, l’ex-receveur a manipulé, au total, 52 comptes, soit 32 millions détournés. Sans compter le montant de 290.000 FCfa provenant de 11 factures encaissées, mais pas reversées dans les caisses de la Poste. D’après toujours le contrôleur, il a effectué 19 opérations estimées à 10 millions pour alimenter les comptes de tiers et a viré 16 millions dans son compte et 10 millions dans celui de sa femme.

Sept ans ferme
Lors de son procès devant la première chambre du tribunal correctionnel de Dakar, l’ex-receveur avait allégué un cambriolage au cours duquel 20 millions avaient été emportés. Ainsi, il manipulait les comptes afin de résorber le supposé gap. Son argument n’avait pas convaincu le parquet qui avait requis sept ans ferme. Mais, il avait écopé de cinq ans.