«Lâches», «trahison»: Donald Trump s’en prend encore au «New York Times»

Comme à son habitude, c’est sur Twitter, son réseau social préféré, que Donald Trump s’est attaqué au New York Times. « Les médias corrompus sont prêts à dire n’importe quoi sans réfléchir aux conséquences », a écrit le président américain. « Ce sont de vrais lâches. »


Cette nouvelle pique survient après la publication par le New York Times d’une enquête sur la cyberguerre entre Washington et Moscou. Selon le quotidien, qui dit détenir ses informations de hauts responsables, Washington aurait intensifié ses opérations informatiques, et notamment ses incursions dans le système électrique russe. Les Américains pourraient ainsi plonger la Russie dans le noir en cas de besoin (article en anglais).

Toujours selon le journal, Donald Trump aurait été tenu à l’écart des détails de ces opérations par crainte « de sa réaction ou qu’il n’en parle à des dirigeants étrangers ». En 2017, il avait par exemple évoqué une opération secrète en Syrie devant le ministre russe des Affaires étrangères, explique le quotidien.

Sur Twitter, Donald Trump n’hésite pas à parler « d’acte virtuel de trahison » de la part du New York Times qu’il qualifie une nouvelle fois d’ennemi du peuple. Le journal a aussitôt réagi en affirmant avoir vérifié auprès de responsables de la sécurité nationale que l’article ne posait aucun risque. Le New York Times estime également que les propos du président et le fait d’accuser la presse de trahison sont dangereux.