Mbayang Diop : Sa famille craint le syndrome Alkaly Cissé




Depuis trois mois Mbayang Diop n’a pas fait signe de vie. Elle n’a pas appelé ses parents par téléphone et ses derniers eux aussi, n’arrivent pas à la joindre. La dernière communication entre Mbayang et son frère Mamadou Diop remonte d’il y a 90 jours. Selon son frangin que nous avons rencontré à Pikine, ce jour-là, un peu avant qu’elle ne raccroche son cellulaire, elle avait tenu à l’informer qu’elle était souffrante depuis un certain temps et qu’elle faisait des va et vient entre l’hôpital et sa cellule. Mais depuis cet appel téléphonique, plus rien. La famille n’a plus des nouvelles de sa fille. Toute chose qui l’inquiète énormément. «D’habitude Mbayang ne restait pas deux semaines sans nous appeler. Mais depuis trois mois nous n’avons pas de ses nouvelles. La dernière fois que nous nous sommes parlé, elle m’avait indiqué qu’elle était malade depuis un certain temps, mais qu’elle se soignait. Elle avait attendu vers la fin de la conversation pour m’en informer. Pour vous dire vrai, la famille est inquiète. C’est ce qui est arrivé à feu notre Papa Alkaly Cissé. Il était malade et tout d’un coup, il est décédé. Nous ne voulons pas que cela arrive à Mbayang Diop», souligne M. Diop. «Nous demandons aux autorités sénégalaises, notamment le Président de la République, de nous aider à avoir des nouvelles de notre fille. Nous sommes dans l’embarras total», ajoute-t-il.

Mbayang était enfermée dans une pièce et ne mangeait que deux dattes qu’elle accompagnait d’un verre d’eau par jour.
Pour rappel Mbayang est en prison en Arabie Saoudite depuis 2016. Elle est accusée d’avoir tuée sa «patronne» au cour d’une bagarre. Son incarcération avait suscité un tollé au Sénégal et une mobilisation des nombreuses organisations de la société civile. Lors de son passage à l’Assemblée nationale pour le vote du projet de budget de son ministère, les députés avaient interpellé le ministre sénégalais des Affaires étrangères sur la question. Amadou Bâ a informé que l’État du Sénégal suit l’affaire de très près mais qu’il faut attendre que les enfants de la victime soient majeurs pour savoir s’ils vont pardonner à Mbayang ou demander l’application de la loi en vigueur en Arabie Saoudite. «Nous respectons les lois saoudiennes. Mais nous demandons au Président Macky Sall de nous offrir au moins deux billets pour que la famille puisse rendre visite à Mbayang. Cela va nous soulager et va la réconforter aussi. Nous avons écrit deux correspondances au Président Sall mais depuis lors nous n’avons pas reçu de réponse», déplore Mamadou Diop. Au cours de l’entretien, M Diop n’a pas manqué de revenir sur les circonstances qui ont engendré le drame. «Le convoyeur de Mbayang lui avait fait croire qu’elle n’allait s’occuper que de l’enfant sa «patronne». Mais arrivée sur place, Mbayang devait nettoyer un immeuble tous les jours. Elle ne s’entendait pas aussi avec sa patronne, car elle ne parle pas l’Arabe et l’Anglais. Cette dernière, pour la punir, l’a enfermée dans une chambre. Elle ne lui donnait que deux dattes et un verre d’eau. Un jour, elles se sont battues et l’irréparable s’est produit», raconte Mamadou Diop. Il fustige aussi la faible peine infligée à l’individu qui avait convoyé sa petite sœur. «Cette personne que nous considérons comme un criminel, n’a fait que 30 jours en prison. Il est élargi et se pavane dans les rues de Pikine comme si de rien n’était. Alors que s’il n’avait pas profité de l’ignorance de Mbayang, nous n’en serions pas là aujourd’hui», s’indigne-t-il.