AMINATA NGUIRANE PDS A MACKY SALL: «Wade ne mérite pas la souffrance que vous lui faites endurer»

Dieu seul, Maître de l’Univers, connaît le début et la fin de tout. Seul Dieu est le Maî- tre de la vie et de la mort. La mort étant l’état irréversible d’un organisme biologique ayant cessé de vivre. Mais en ayez-vous conscience réellement, Président Macky Sall ? Parce que si c’était le cas, tu n’aurais ja- mais séparé un vieillard de 92 ans de son fils, un père et sa fille, une mère de son fils et un fils de ses parents comme si vous avez leur destin en main.
La mort d’Amath Dansokho et d’Ousmane Tanor Dieng devrait vous suffire pour permettre la réunification de la famille Wade. Personne n’est éternel. Rendez à César ce qui appartient à César. Pensez-vous réellement que donner à Abdou Diouf tous ces privilèges au détriment de Wade est une bonne chose ?
Non, le Président Abdoulaye Wade ne mérite pas la souffrance que vous lui faites endurer. Pensez-vous qu’un ancien président de la République, de surcroît  ton maître politique, mérite de louer une maison pour y vivre loin de
son fils, de sa fille et de ses petits-enfants ? Est-ce que vouloir s’accrocher au pouvoir vaut tout cet acharnement contre Wade et sa famille ? Rappelez-vous les paroles de votre dé- funte mère (que la terre lui soit légère !) qui vous disait, dans son lit d’hôpital, de ne « jamais blesser Abdoulaye Wade car il a fait de vous ce que votre père n’a pas réussi ».
Rappelez-vous, M. le Président, vos propos :« Wade a fait de moi ce que je suis au- jourd’hui ». Abdoulaye Wade a nourri des bouches qui ont craché sur lui, essuyé les larmes de ceux qui l’ont fait souffrir, relevé des personnes qui ont essayé de le faire tomber.
Abdoulaye Wade souffre en silence mais avec dignité. Son seul tort, c’est d’aimer son peuple et d’aider son prochain. Il souffre de l’absence de son fils, de sa fille. Cet homme a subi encore beaucoup de trahisons durant ses sept ans d’après pouvoir. Mais il a surtout été com- battu par l’homme qu’il a, de toute pièce, formé, formaté, et créé.
Rendez à Abdoulaye Wade son fils pour qu’ils puissent se retrouver avant qu’il ne soit trop tard. N’oublie pas que demain appartient à Dieu. De grâce, sortez par la grande porte en réunissant le père et le fils, sinon l’histoire re- tiendra que vous avez séparé de son fils l’homme qui vous a tant aidé à devenir ce que vous êtes aujourd’hui.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.