« Aminata Tall ou l’éthique face aux intérêts politiques… »

Longtemps surnommée la lionne du Baol, la dame de fer eu égard à ses positions tranchées dans le passé, Aminata Tall a été de tous les combats politiques pendant plus d’une trentaine d’années. Présidente du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) depuis 2013, elle a été remplacée par Mme Aminata Touré sur décision du Président de la République. La cérémonie célébrant le départ du ci-devant présidente du CESE a été tenu hier vendredi dans la sobriété mais empreinte de solennité et d’un climat républicain.

Face à ses ex collaborateurs, Mme la Présidente a tout d’abord remercié le Président de la République de lui avoir donné l’opportunité de contribuer à l’émergence du pays dans l’intérêt exclusif des populations avant d’inviter les acteurs sociaux à toujours œuvrer pour l’éthique face au clientélisme et pressions politiques de toute sorte.

« Je voudrais également profiter de ce moment solennel pour demander aux acteurs politiques que nous sommes de donner l’exemple en ayant toujours une posture républicaine, quelque soit les enjeux du moment compte tenu du caractère sacro saint de la continuité de l’Etat. Les Hommes passent, les institutions restent. A ce propos, j’invite le personnel du Conseil à faire preuve d’abnégation et de loyauté en l’endroit de mon successeur Mme Aminata Touré, à qui je souhaite le meilleur dans l’exercice de ses fonctions », a révélé notre source proche de l’entourage de Mme Aminata Tall. Une leçon d’éthique et de grandeur qui montre la dimension nouvelle de l’Homme d’Etat qu’elle promeut.

Ce discours venant d’un Homme d’Etat de la trempe de Mme Aminata Tall a surpris plus d’un. Car au lendemain de son remplacement à la tête du CESE, elle a fait l’objet d’un lynchage médiatique d’une violence inouïe. Une Aminata bashing orchestrée par une certaine classe politique, animée d’un esprit malintentionné et décidée de jeter l’opprobre sur sa gestion du CESE, en essayant de qualifier son magistère à la tête de l’institution d’épisode de gabegie et de népotisme, curieusement découvertes sur le tard. Mais, si tel fut le cas, pourquoi ces mauvaises langues ne se délient que maintenant ?

En tout cas, les faits soutiennent le contraire. De 2013 à nos jours, Mme Aminata Tall a su relever le niveau de performance du CESE nous révèlent certains conseillers contactés par nos sources. A en croire nos sources bien au fait des réalités du CESE, le bilan de Mme Tall est largement positif. Entre autres mesures mises en application sous son magistère :

Le recrutement sans aucun parti pris d’experts dans tous les domaines d’intervention du CESE ;

L’augmentation des indemnités des conseillers pour les mettre dans des conditions de performances optimales ;

La mise en place d’un dispositif fonctionnel de traduction simultanée qui permet aux conseillers de suivre les débats quelque soit la langue utilisée. Pour preuve, Mme Aminata Tall a reçu à plusieurs reprises les félicitations du Président de la République à l’occasion de la présentation du rapport annuel du CESE.

Un quitus du Chef de l’Etat qui bat en brèche toute la surenchère de critiques injustifiées à son endroit. Mme Aminata Tall pour leur gouverne est une digne fille du Baol abreuvée aux sources de la pensée et des actions de Cheikh Ahmadou Bamba qui tels les baobabs séculiers de ce terroir ont su résister aux intempéries et aux déprédations des hommes. Rien , ni personne de l’arrêtera dans son engagement passionnel à servir son pays : le Sénégal.

Avec Vox-Populi