Bignona : L’APR Avec Ses Transhumants Rêve « D’effacer » PASTEF

La date exacte des élections municipales n’est pas encore connue, mais, les populations de Bignona s’attendent à une grande épreuve : l’inévitable choc entre Apéristes et Patriotes. Déjà, l’Apr est en ordre de bataille pour desserrer l’étau de Sonko.

(Correspondance) – Reprendre des couleurs dans un département qui a viré à 90 degrés vers le Pastef, c’est désormais tout le sens du combat des apéristes de Bignona. Sept mois après la débâcle de la présidentielle, les camarades du Président Macky Sall n’arrivent toujours pas à comprendre le comportement électoral des populations de cette partie de la région de Ziguinchor. Tous les clignotants étaient pourtant au vert à Bignona, surtout après l’engagement du maire dans la mouvance présidentielle. Mamadou Lamine Keïta qui empêchait l’Apr de dormir a entre-temps décidé de rejoindre le camp présidentiel. Dès lors, le chemin de la victoire à la présidentielle était balisé, du moins théoriquement. Seulement voilà. Le 24 février dernier, les électeurs des collectivités territoriales de la localité décident de faire le choix de la contradiction en votant pour le candidat Ousmane Sonko. Un choix affectif et même identitaire en faveur d’un candidat originaire de la localité qui brise l’espoir des apéristes. Mais, si le réveil a été brutal pour ces derniers, il reste que l’heure est désormais à la remobilisation. «Nous sommes confiants et sûrs que l’histoire ne se répètera pas». Ce message d’espoir du premier des apéristes du département de Bignona traduit la détermination du camp présidentiel à faire capoter le projet «patriote» de faire basculer toutes les collectivités territoriales du département de Bignona. «Si nous avons perdu la présidentielle, c’est à cause des primo votants». Ceux-là, Abdoulaye Badji ne les cherche pas seulement dans la jeunesse, mais, il les repère également dans le camp de ces adultes qui n’ont jamais voté ou qui ne votent plus depuis un certain temps. Pour donc avoir réussi à diagnostiquer les raisons de leur débâcle, les apéristes sont aujourd’hui dans la remobilisation des troupes. Il s’agit pour eux de sonner la mobilisation dans leur propre parti et d’amener les électeurs à être conscients du risque de voter pour l’opposition.

Au-devant de ce combat, le ministre conseiller, Abdoulaye Badji, le patron des apéristes du département multiplie les rencontres pour empêcher à Ousmane Sonko de rééditer son exploit de 2018. Et tout en n’écartant pas le jeu des alliances aux prochaines locales, l’ancien chef de cabinet du président de la République, Macky Sall entend faire jouer à son parti son rôle de locomotive dans la perspective de la reconquête du terrain perdu…

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.