Dialogue national : «Les véritables raisons de la brouille» (analyste politique)

Depuis quelques jours, un présumé bras de fer opposerait le comité national du dialogue national à la commission cellulaire du dialogue politique. Une situation due à plusieurs facteurs, d’après l’analyste politique Babacar Dionne.

« Le principal problème, c’est que certaines personnalités, qui sont en train de faire un travail au sein de la commission cellulaire du dialogue politique, n’ont pas été choisies dans le comité national institué par un décret présidentiel », a-t-il fait savoir dans un bref entretien téléphonique avec Seneweb.
Pourtant, rappelle Dionne, le dialogue politique, qui a commencé à travailler depuis 6 mois, a déjà enregistré des acquis sur pas mal de points.

Mais à en croire notre interlocuteur, il y a en réalité des calculs politiques du côté de la majorité comme de l’opposition.
« Il y a des gens, dans les deux camps, qui ne veulent pas que le dialogue politique puisse se poursuivre. Par exemple, certains ne veulent pas aller aux élections locales au suffrage universel direct, ce qui a pourtant été acquis dans le dialogue politique. De l’autre côté, d’autres se sentent dérangés par la présence de certaines personnes dans la liste des 86 membres du dialogue national », a-t-il notamment fait comprendre précisant qu’il n’y a pas de problème particulier entre le Général Mamadou Niang et Ibrahima Famara Sagna.

De l’avis de l’analyste politique, pour arriver à dépasser ces brouilles, il revient au président de la République, Macky Sall, d’instituer légalement la commission cellulaire du dialogue politique tout en évitant de remettre en cause sa structuration et les acquis.