Mafia des intrants agricoles : Yakham Mbaye mouille Macky

Le directeur général du quotidien « Le Soleil », Yakham Mbaye, s’est fendu d’une tribune au vitriol pour flinguer « El pistolero », coupable à ses yeux de crime de lèse-majesté sur Macky Sall. Là où Moustapha Cissé Lô pointe du doigt une mafia au sommet de l’État et affirme que l’argent sale est au cœur du système beige marron, Yakham pointe du doigt une mafia dans la distribution des intrants agricoles et accuse le président du parlement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest d’en être le parrain.

En bon thuriféraire des prairies républicaines, l’homme qui a vulgarisé la dynastie Faye-Sall rame aux frontières de la bienséance. Il fait, dans le même temps, de graves révélations qui ébranlent l’esprit et la lettre des politiques agricoles fructueuses que se targue d’avoir mises en œuvre l’apériste en chef. Dans sa diatribe, Yakham Mbaye fait plus que dénigrer Cissé Lô ; il incrimine en filigrane le président de la République.

Étant donné que ce dernier aurait laissé prospérer un système de rapines institutionnalisées dans la distribution des semences à qui de droit, «c’est un euphémisme de dire énormément d’argent. C’est d’une fortune dont il s’agit ici», lance Yakham, non sans crier au chantage. «Moustapha Cissé Lô qui soutient avoir été victime de l’ingratitude du pouvoir, combattu et écarté comme opérateur économique du processus d’achat et de vente des intrants agricoles n’est rien d’autre qu’un fieffé menteur. En réalité, il a bénéficié de l’État, cette année, de six marchés d’un volume de 4531 tonnes de semences et d’engrais. Et c’est au moyen de chantages et de menaces qu’il est parvenu à ses fins», narre-t-il à Dakaractu. Du reste, Mbaye laisse entendre que tout cela n’a été possible que parce que Cissé Lô et d’autres ont «usé et abusé de la générosité, de l’humanisme et de la magnanimité du président de la République et de son épouse».

Un président trop bon, trop concerné par les allégations de scandale ou les insanités des siens, et qui est désormais disposé à écoper son embarcation. «Ce n’est pas un propos politicien lorsque je dis que Macky Sall va siffler la fin de la récréation et tuer dans l’œuf ce début de capharnaüm que certains veulent installer. Car, le genre de Moustapha Cissé Lô est une sorte d’infection qui peut s’avérer létale pour tout organisme qu’elle contacte», ajoute-t-il zélote. Comment est-il possible, dans une République digne de ce nom, de gagner sur la base de chantages et de menaces six marchés publics d’un volume de 4531 tonnes de semences et d’engrais ? Là est la question.