MALAISE CHEZ LES MILITANTS APR DU FOUTA

Sunuker publie ci-dessous, la déclaration conjointe la Cojer, du MEER Départemental de Kanel, du Réseau des enseignants républicains et de la Convergence des femmes républicaines dudit département, datée du 27 juillet 2019, à propos des remous qui secouent l’APR au Fouta.

Mamadou Talla, Daouda Dia, Amadou Samba Kane, Hamady Dieng, Abdoulaye Anne et plusieurs autres responsables politiques sont mis à l’index pour diverses raisons, dont la marginalisation du département de Kanel par ces derniers – DÉCLARATION CONJOINTE

« Suite à une longue et mure réflexion sur la situation politique du département de Kanel, la COJER et le MEERavaient unis leurs forces pour exprimer leur ras-le-bol, face à :

●     La marginalisation du département dans les politiques de développent

●     Le manque de représentativité des jeunes et des femmes dans les instances de décisions politiques et territoriales

●     L’absence de participation des jeunes et des femmes à la bonne marche du gouvernement

●     Le comportement des responsables politiques à l’égard des jeunes du parti

●     L’attitude politique des autorités qui ne cherchent qu’à maintenir leurs positions à la sueur des efforts des populations et des militants

C’est face à ce constat et dans la perspective de trouver une solution définitive au malaise politique qui sévit dans le département, que décision a été prise de rompre toutes affinités politiques avec les responsables politiques, jusqu’à ce que les problèmes soient résolus.

Cette initiative a fait l’objet d’un écho favorable auprès des populations Kaneloises, du Réseau Départemental des Enseignants Républicains et de la Convergence Départementale des Femmes Républicaines qui ont rejoint le combat.

En prélude au déroulement de notre plan d’action sur le terrain, nous souhaiterions attirer l’attention du président de l’Alliance pour la République sur l’attitude de nos principaux responsables politiques.

MAMADOU TALLA MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE

Le parachutage de Mamadou Tall, comme coordonnateur du département de Kanel, a fini par diviser le département et le plonger dans une léthargie totale. Avec comme argument à chaque fois que les choses se compliquent d’appartenir à la diaspora. Son manque de patriotisme local, d’initiative et d’engagement est connu de tous, y compris de son propre camp.

Son passage au ministère de la formation professionnelle ne s’est pas fait ressentir auprès des jeunes du département. Sur les dizaines de milliers de formations disponibles, 100 formations par commune auraient doté le département de 1200 jeunes bien formés et employables.

Malgré tous les avantages et soutiens dont il dispose, il n’arrive pas à s’imposer dans le département et ne doit son salut politique pour l’instant qu’à ses attaches politiques. Quel gâchis !

DAOUDA DIA

Artisan de l’implantation de l’Alliance pour la république dans le département en 2009 et de la victoire en 2012, il s’est vu attribué la fonction de 1er questeur à l’Assemblée Nationale. Après 7 ans d’exercice politique, il a fini par son inconstance politique et reculades face aux batailles à démanteler sa propre base.

Actuellement en vacances politiques, laissant derrière lui des orphelins, il a fini d’agacer sa base, face à son sectarisme communal et ses déclarations comme quoi, le département n’aurait pas de cadres. Toutes les opportunités offertes au département, en projets, emplois, investitures sont destinés à Orkadiere la belle. Quelle déception !

AMADOU SAMBA KANE

Directeur Général de la Lonase, lorsque l’Alliance pour la République était encore dans l’opposition. Amadou Samba Kane a combattu sans retenue l’APR avec tous les moyens dont il disposait. Symbole fort de la transhumance et admis à faire valoir ses droits à la retraite depuis belle lurette, il est toujours en place, on ne sait par quel miracle.

Enfermé dans sa commune de quelques milliers d’habitants, on ne le voit, ni le sent dans le département. Si ce ne sont ses multiples voyages, il finance à travers la fondation Lonase tout le Sénégal sauf son département. Il a fini de convaincre tout le département de son égoïsme, de son égocentrisme et maintient sa jeunesse dans la précarité à travers des CDD récurrents. Honte à lui !

HAMADY DIENG

Invisible sur le terrain depuis les locales de 2014, Hamady Dieng a délocalisé ses activités politiques en préférant s’occuper de son mouvement dénommé RAMPE, finalement utile qu’à lui-même

ABDOULAYE ANNE

Président du Conseil Départemental et Haut Conseiller des Collectivités Territoriales, son bilan politique et économique est quasiment nul depuis 5 ans.

DR BOCAR DAFF

Fraichement nommé, à la Direction Générale de la Couverture Maladie Universelle, Dr Daff, s’illustre par une démarche sectaire avec comme focus, les futures échéances locales de sa localité, préférant concentrer tous ses moyens politiques dans sa commune

BASSIROU DORO LY

Octogénaire, conseiller spécial du Président de la République et maire de Ndendory. Il est candidat pour une 5e fois à la mairie de cette prestigieuse commune qui produit les meilleurs phosphates du monde, que nos amis indiens aiment tant. Mammouth politique, sa commune demeure toujours à l’État préhistorique comme beaucoup de ses voisins

SADIO CISSE

Nonagénaire, en retraite et repos politique après une brillante carrière à Waounde, il a récemment été ressuscité avec sa nomination comme Haut Conseiller de Collectivités territoriales. A quelles fins, nous donnons notre langue au chat !

Concernant les autres responsables politiques bénéficiant de nominations (Alassane Thiam, Haymouth Daff, Amadou Sidy Bocoum, Momodou Oumar Bocoum, Oumar Diallo) leur présence sur le terrain est soit invisible ou bénéfique à des clans.

Voilà pourquoi, lors de notre réunion élargie du, vendredi 26 juillet 2019, nous avons décidé de mener le combat jusqu’au bout et continuerons la lutte jusqu’à la résolution de nos problèmes.

Pour cela nous réclamons :

●     Plus d’attention, face au développement économique et social du département

●     La décentralisation des programmes et des projets jeunes-femmes

●     Plus de considération, de reconnaissance et de légitimité politique

●     Plus de responsabilités dans les instances décisionnelles du parti relatives à notre département

●     Plus de responsabilités des jeunes et des femmes dans la bonne marche de l’exécutif

●     L’investiture des jeunes et des femmes dans toutes les communes du département aux prochaines élections locales par la coalition BBY

La limitation d’âge des investitures pour les têtes de liste à 50 ans 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.