Me MOUSSA SARR : « RIEN N’EMPÊCHAIT D’ACCORDER UNE GRÂCE À KHALIFA SALL »

Nombreux sont les partisans de Khalifa Ababacar Sall qui attendaient à ce que leur mentor bénéficie d’une grâce présidentielle à l’occasion de la fête de tabaski. Ils vont déchanter.Sur la liste des 426 personnes ayant bénéficié de cette prérogative du président de la République, le nom de l’ex maire de Dakar ne figure pas.

À la publication de cette liste, certains ont noté que Khalifa Ababacar Sall n’était pas éligible pour bénéficier d’une grâce présidentielle parce qu’il aurait introduit une requête qui concerne son éjection de l’Assemblée nationale. Une thèse démentie par Me Moussa Sarr.

Intervenant sur la question, l’avocat n’a pas manqué de rappeler que cette prérogative est exclusivement dédiée au chef de l’Etat. Si cette grâce n’a pas été accordée à l’ex édile de la ville de Dakar, les raisons devraient être cherchées ailleurs. Parce que, estime la robe noire, sur le plan pénal, rien ne s’oppose à ce que le président de la République puisse accorder une grâce à Khalifa Ababacar Sall. « Toute la procédure pénale a été épuisée », dixit Me Sarr.