MOUSTAPHA SY SORT DU BOIS

Le Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) ne compte pas laisser le président de la République, Macky Sall et son gouvernement gérer de manière «opaque» les deniers publics sous le prétexte de la loi d’habilitation.

Dans un communiqué rendu public hier, mercredi 15 avril, le Directoire du PUR prévient qu’il s’érigera contre les pratiques du pouvoir en place. Le pacte social noué à l’unanimité pour lutter contre le Covid19, est-il en train de voler en éclat, suite au parfum de scandale noté dans l’achat et la distribution des denrées alimentaires ?

Le moins que l’on puisse dire, des voix se lèvent de plus en plus pour tirer à boulets rouges sur le régime en place, ou plutôt sur son mode de gestion de la crise. Cette fois-ci, c’est le Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) qui est sorti de sa réserve pour s’attaquer au pouvoir en place.

Dans la note signée par le Directoire dudit parti, les poulains de Serigne Moustapha Sy, guide moral du Dahiratoul Moustarchina Wal Moustarchidaty promettent de ne ménager aucun effort «pour s’ériger contre ces pratiques du pouvoir en place qui, dans le long terme, mettront en mal la santé démocratique de notre Nation».

Pour cause, ils restent persuader que «l’exercice par le Président de la République du pouvoir législatif nous conduira à une gestion opaque des deniers publics et à des excès de tout genre». Revenant sur la gestion de la crise par le régime du président Macky Sall, Cheikh Ahmed Tidiane Youm, responsable national chargé de la stratégie et de la vie politique du Pur et ses camarades du Directoire fustigent «un régime qui réprime violemment sa population et fait voter une loi d’habilitation anticonstitutionnelle».

Tout en réitérant leur rôle «d’alerte face aux dérives de l’exécutif qui, par le management de la peur, politise la crise pour renforcer ses pouvoirs», les poulains de Serigne Moustapha Sy promettent de s’atteler «à défendre quelles que soient les circonstances les intérêts du peuple sénégalais bafoués et marginalisés par le régime au pouvoir».

Les ex-camarades du Professeur Issa Sall, candidat dudit parti à la présidentielle dernière précisent qu’ils militent vivement dans la lutte contre le Covid-19, «mais celle-ci ne doit en aucun cas exonérer les députés du peuple à l’Assemblée Nationale et de surcroît les partis politiques d’exercer leur rôle de contrôle des actes posés par le gouvernement et de dénoncer toute dérive du régime».