Signature de conventions: L’Italie va mettre plus de 10 milliards dans 4 programmes

L’Etat du Sénégal a procédé, ce jeudi, à la signature d’accords de financement avec l’Italie. Ce, pour un montant de 15,5 millions d’euros, soit 10,1 milliards de francs Cfa.

Les accords concernent quatre programmes selon le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération. Il s’agit «du programme agricole Italie-Sénégal 3, le programme faire l’école, favoriser l’inclusion et la réussite à l’école. Ensuite, le programme d’intensification éco-soutenable de l’agriculture dans les Niayes. Et enfin le programme d’appui à la stratégie nationale pour l’équité et l’égalité de genre 2», explique Amadou Hott.

Le premier programme a reçu une subvention de de 700 mille euros, soit près de 460 millions de francs Cfa, destinés à poursuivre l’intensification sectorielle de la coopération italienne dans les régions de Kaolack, Sédhiou et Kolda.

«Ce programme va capitaliser les acquis positifs obtenus par les programmes passés. Cette initiative est donc en parfaite cohérence avec les stratégies déjà élaborées au cours des dernières années par le Gouvernement pour améliorer la situation alimentaire et agricole», indique le ministre.

La deuxième subvention, d’un montant de 3 millions d’euros, servira à renforcer l’offre d’éducation inclusive du Sénégal à travers une amélioration de la qualité, sur la base des standards internationaux.

Amadou Hott renseigne que ce programme favorisera le renforcement des politiques nationales et une participation communautaire.

S’agissant du troisième programme qui a pour objectif de contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, de lutter contre la pauvreté rurale et d’assurer une agriculture durable, l’Italie a consenti un crédit concessionnel de 10 millions d’euros soit 6,5 milliards de francs Cfa.

Le programme d’appui à la stratégie nationale pour l’équité et l’égalité des genres 2, quant à lui, va bénéficier d’une subvention de 1,8 million d’euros, soit 1,1 milliard de francs Cfa.

«C’est un véritable gage de sécurité pour la réalisation du développement durable au Sénégal et contribue à ce titre à l’émergence solidaire dans un Etat de droit et sans discrimination entre les hommes et les femmes», déclare le ministre Amadou Hott.