SUCCESSION AU PS : « IL N’Y A RIEN QUI PERMETTE DE FAIRE UNE HIÉRARCHISATION ENTRE LES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX »

La succession d’Ousmane Tanor au secrétariat national général du Parti socialiste fait débat depuis le décès de ce dernier intervenu le 15 juillet dernier à Paris. Dans un entretien accordé à « Le Quotidien », Me Moustapha Mbaye, secrétaire national aux questions juridiques du Ps estime qu’il y a un vide juridique sur les textes qui régissent la succession de leur défunt secrétaire général.

D’emblée, il a regretté le caractère prématuré du débat sur la succession de Tanor en rappelant que nous ne sommes qu’au 8ejour du deuil. Mais, relativise-t-il, comme le débat est posé, la polémique est lancée, les gens sont interpellés. « En tant secrétaire national aux questions juridiques, j’ai l’obligation de me prononcer sur ce débat. Alors, la question de la hiérarchisation des secrétaires généraux est prévue par l’article 18 du règlement intérieur du parti.

Dans cet article, on se rend compte qu’il y a trois secrétaires généraux adjoints qui ont été choisis par le Secrétaire général », a expliqué Me. Mbaye. Qui rappelle que le secrétaire général est la seule personne qui a été élue. « Pour le reste des postes, c’est lui qui fait des propositions au Comité central. Donc, il n’y a rien qui permette, dans cet article 18, de faire une hiérarchisation entre les 3 secrétaires généraux adjoints », confie-t-il.

Poursuivant, il renseigne que le texte n’a jamais dit que tel ou tel autre est premier adjoint. « Nous sommes en droit et lorsqu’il s’agit d’interpréter, ce n’est pas la parole du Secrétaire général qui compte, mais les textes. Si le texte ne fait pas de hiérarchisation entre les secrétaires généraux adjoints, on ne peut pas le faire. Le second point de droit, c’est que ces textes parlent de suppléance. Or, la suppléance, c’est dans les cas d’absence ou d’empêchement qui sont par définition des cas provisoires. Si le secrétaire général est absent du pays ou empêché pour une raison ou une autre, c’est un des secrétaires généraux adjoints qui dirige la réunion », explique-t-il.