Succession de Tanor : Ababacar peut-il être le «Khalifa» du Ps ?

Nous l’écrivions que le remplacement de Tanor Dieng à la tête du parti socialiste va énormément poser de problèmes. En ce sens le défunt patron des socialistes n’a pas préparé sa relève.

Une semaine seulement après son rappel à Dieu, des voix se lèvent venant des fois du parti socialiste pour faire des choix. Et force est de souligner que le problème sera compliqué parce qu’une fois au congrès, il y aura des divergences. Chacun voudrait le remplacer. Sans compter Barthélémy Dias, Bamba Fall… Quid de Khalifa Sall, «héritier naturel», toujours légitime pour la succession de Tanor ?

Légitimement il l’est. Politiquement, il a les arguments. Socialement, il est plus coté que ses pairs. Son statut d’ancien ministre, ancien député et surtout de maire de Dakar plaident en sa faveur.

Wilane vote Aminata Mbengue Ndiaye

Le porte-parole du Parti socialiste (Ps), Abdoulaye Wilane, s’est exprimé mardi sur la succession polémique du défunt Secrétaire général de la première formation politique du Sénégal, Ousmane Tanor Dieng, rappelé à Dieu le 15 juillet dernier à Paris, des suites d’une maladie.

« Depuis un moment, un débat sur la question a été soulevé. Nous sommes en période de deuil. Et au moins, durant quarante (40) jours, le parti va cesser toute activité pour commémorer la mémoire de Tanor. Notre parti, comme toute organisation, est régi par des chartes, comme toute association, parti politique. Et quand il s’agit du pays, on parle de la Constitution », a dit Wilane.

Avant d’ajouter : « ce qui nous est arrivé avec Ousmane Tanor Deng, ce n’est pas la première fois. Mais, à deux reprises, des leaders ont quitté la tête du parti et ont été remplacés. Car quand Senghor est parti, c’est le règlement intérieur qui a ordonnancé la façon dont il l’a remplacé.

De même qu’Abdou Diouf a organisé sa succession avec Tanor, pour ainsi dire que pour chaque Sg de parti qui part, la structure et parti et le règlement intérieur du parti a déjà défini la façon dont il doit être remplacé».

Abdoulaye Wilane en Osmose avec Serigne Mbaye Thiam

La sortie de Tanor vient ainsi renforcer les propos de Serigne Mbaye Thiam qui a soutenu que c’est Aminata Mbengue Ndiaye qui est légitime pour remplacer Tanor Dieng.

« Aminata Mbengue Ndiaye, c’est elle qui dirige toutes les femmes du Ps, dans tout le Sénégal. Et partout où Ousmane Tanor Dieng est parti, dans le monde, elle était à ses côtés », rappelle-t-il.

Lors d’une émission, Serigne Mbaye Thiam expliquait que c’est Aminata Mbengue Ndiaye qui, désormais, exerce la fonction de SG du Parti. Occasion saisie par senego pour interroger le journaliste Assane Samb sur la question qui avance: «Ce sera un peu difficile. Parce que Senghor a préparé Abdou Diouf pour qu’il le remplace, Abdou Diouf a préparé Tanor… Mais je ne pense pas que Tanor, lui, a préparé quelqu’un…».

Mais d’après Serigne Mbaye Thiam, les textes ont prévu quelqu’un, Aminata Mbengue Ndiaye, en attendant d’aller au congrès. Mais je ne pense pas que ça règle le problème parce qu’une fois au congrès, il y aura des divergences. Chacun voudrait le remplacer. Sans compter Khalifa Sall, Barthélémy Dias, Bamba Fall…

A moins aussi que Macky Sall soutienne le Parti socialiste, en libérant Khalifa Sall pour qu’ils dialoguent ensemble et restructurer le parti. A ce moment là, le parti aura une seconde jeunesse…”.L’analyste, après avoir revisité Tanor, sent un piège de la part de Serigne Mbaye Thiam, tendu à Aminata Mbengue Ndiaye.

Khalifa Sall, «héritier naturel»

Il est pointé par des observateurs comme «héritier naturel», toujours légitime pour la succession de Tanor. Légitimement il l’est. Politiquement, il a les arguments. Socialement, il est plus coté que ses pairs.

Sur toutes les échelles où il pourrait être amené à se mesurer avec ses éventuels rivaux, Khalifa Ababacar Sall part avantagé et de loin. Ce n’est pas pour rien s’il est favori. Son statut d’ancien ministre, ancien député et surtout de maire de Dakar plaident pour lui.

Victime de son ambition pour le Ps, laquelle lui vaudra un emprisonnement depuis mars 2017, l’ancien secrétaire à la vie politique du parti a démontré à la face du monde que jamais il ne troquerait son socialisme contre aucune autre idéologie. Les prochains jours avec son élargissement de prison, les choses seront plus précises.

En effet, digne héritier de Tanor et de Senghor à la tête du Ps, Khalifa Sall aura tout de même un problème pour qu’il prenne les rênes du parti. Sa principale difficulté réside dans le fait que la partie acquise à Ousmane Tanor Dieng est en toute logique en opposition avec son camp et ses souteneurs. Ils étaient estampillés : «les aventuriers».
senegal7