Thierno Bocoum : «Ils ont échoué et c’est indéniable»




Après les décisions prises par l’État du Sénégal, des observateurs, et mieux, certains acteurs de la scène politique, ne manquent pas de donner leurs opinions. C’est dans ce sens que le leader du mouvement ‘Agir’ semble faire porter le chapeau au gouvernement sénégalais qui, selon lui, n’a pas bien géré la crise.

La gestion du coronavirus n’est pas une question qui passe sous silence. En effet, certains acteurs de la scène politique à l’instar de Thierno Bocoum, estiment que la réalité socio-économique de notre pays avait bien évidemment exigé une riposte purement sénégalaise à la pandémie.

Le leader du mouvement ‘Agir’ de rappeler que depuis le 22 avril ils ont fait une contribution pour proposer au gouvernement sénégalais de s’adapter face à la courbe sénégalaise et africaine de l’évolution du virus et à nos réalités socio-économiques. Selon toujours Thierno Bocoum, un gouvernement ne peut pas se contenter de décisions coercitives dans un contexte de crise économique sans se donner les moyens de mettre en œuvre, cumulativement, des mesures compensatrices et des mesures dissuasives.

Pour compenser ceux qui sont impactés et sanctionner ceux qui violent les règles, le gouvernement n’a ni les moyens de compenser ni les moyens de sanctionner. C’est une évidence qu’il fallait accepter depuis le début et orienter notre riposte sur nos réalités. En ce qui concerne la maladie, il soutient qu’«aujourd’hui la maladie est encore plus menaçante qu’hier. Le pic qui serait atteint est un leurre. Aucune stratégie ne peut permettre de dire que nous avons atteint le pic. L’État est dans le pilotage à vue sans possibilité d’adopter une logique scientifique capable de nous sortir de l’auberge».

Thierno Bocoum de déduire tout simplement qu’ils ont échoué en essayant d’orienter nos maigres ressources sur la stratégie d’adaptation et non sur celle de l’endiguement. Abordant les failles, il dénonce le retard dans l’élargissement des tests ainsi que le renforcement de notre plateau médical et la production massive de masques à mettre à la disposition des populations a été totalement ignorée. Le leader du mouvement ‘Agir’ de soutenir : «Aujourd’hui, il revient aux populations de se prendre en charge et de faire attention, car ce virus est encore là et il est bien réel. Les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques sont encore plus que jamais exposées avec cet assouplissement sans mesures d’accompagnement concrètes. Ils ont échoué mais le combat doit continuer pour nos vies et pour nos proches.»