L’Afrique subsaharienne en proie aux maladies endémiques (Officiel)

L’Afrique Subsaharienne demeure encore ‘’en proie aux maladies endémiques’’, a soutenu mercredi à Diamniadio, dans le département de Rufisque, Abdoulaye Ly, conseiller technique au ministère de la Santé et de l’Action sociale.
M. Ly s’exprimait à l’ouverture d’une réunion du comité directeur du réseau Ouest Africain de recherche sur la tuberculose, le sida et le paludisme (WANETAM, sigle en Anglais).
Plusieurs experts en santé de pays d’Afrique de l’Ouest prennent part à cette rencontre qui se tient pour deux jours à l’Institut de recherche en santé, de surveillance épidémiologique et de formation (IRESSEF), de Diamniadio, fondé par le Professeur Souleymane Mboup.
’’Malgré, une croissance encourageante, le secteur de la santé qui représente un enjeu stratégique pour le développement de tout pays reste encore fragile dans plusieurs pays africains’’, a souligné Abdoulaye Ly.
Selon lui, la tuberculose, le sida, le paludisme et les maladies tropicales négligées ’’continuent de saper les efforts de développement de nos pays et d’affecter considérablement et durablement la santé de plusieurs millions d’Africains, parmi lesquels un grand nombre de la population active’’.
’’S’agissant des pays en développement, l’incapacité de la communauté scientifique et technologique à susciter un appui économique et politique endogène en faveur de ses activités se présente comme l’obstacle principal à la connaissance’’, a pour sa part souligné le Professeur Mboup.
Il a fait savoir que l’insuffisance des ressources allouées à la recherche y compris dans les pays qui pourraient sans peine consacrer d’importantes sommes à ce type d’activités se révèle être un obstacle de taille dans un monde où l’information scientifique et technologique est de plus en plus commercialisée et de plus en plus onéreuse.
Aps

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.