Canal Info News, la bataille du patrimoine entre vieux Aïdara et Cheikh Tidiane Diop




Dans le cadre de la gestion du patrimoine de AN/Médias, confisqué par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), Cheikh Tidiane Ndiaye et Mamadou Diop ont été choisis comme administrateurs provisoires. Mais leur gestion serait entachées de graves irrégularités. Enquête !

Il est loin cette époque faste en propos avec son florilège d’accusations et ses batailles de stratèges. L’ère de la guerre des camps post-alternance du 25 mars 2012 et de la réouverture de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). Le temps où le pays transi de peur, se levait et se couchait sous la menace des discours va-t-en-guerre des partisans de la force pour la résolution du conflit Wade-Macky. Un terrible corps-à-corps politique, symbolisé par le duel Aminata Mimi Touré-Karim Wade. La première est toute puissante ministre de la Justice, garde des sceaux. Le second est l’ancien ministre du «Ciel et de la Terre», «fils de…» puis prince déchu accusé d’avoir détourné plus de 600 milliards Cfa. Comme de l’eau sous un pont, elle est passée avant même que le peuple s’y reprenne !

Des 4X4, une voiture satellite, des caméras…

Aujourd’hui, de la Crei, on n’en parle presque plus. La condamnation de Karim Wade par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) a été frappée par une mesure de saisine de ses biens. En plus de la peine d’emprisonnement et de l’amende, la juridiction avait confisqué les biens de Wade-fils et ceux de ses co-accusés, dont Mamadou Aïdara dit Vieux Aïdara. L’ancien administrateur de Canal/infos est concerné par la mesure de la Crei ordonnant la confiscation du matériel du groupe AN/Médias, éditeur de la chaîne Canal/Infos News. Créée en 2005, Canal/infos disposait d’un matériel d’une chaîne de télévision normale, c’est-à-dire des caméras, des bandes de montages, des véhicules, un car satellite etc. Ce lot de matériel considéré comme appartenant au groupe AN/Médias, est logé dans trois endroits différents, depuis 2014. Un an avant la condamnation de Karim Wade et ses co-accusés au mois de mars 2015 par la Crei. La juridiction avait désigné Cheikh Tidiane Ndiaye et Mamadou Diop comme administrateurs provisoires du patrimoine de AN/Médias. Un énorme patrimoine audio-visuel qui a suscité mille et un fantasmes. Sans jamais peut-être touché à la pure réalité des choses. Qu’est-il arrivé à tout ce matériel ? A-t-il était vendu, cédé ou simplement spolié ?

La réponse est tombée raide et avec ses entourloupes. «Il y a une partie qui est à l’immeuble Fayçal. Il y a une partie qui se trouve dans mes locaux (au Point E), si vous voulez, vous pouvez venir voir. C’est un matériel qui date de 2006. Une toute petite partie du matériel est stockée dans une chambre. Devant chez moi, il y a le car satellite qui est sous sa bâche depuis trois ans. Le gros du matériel est au quatre C. C’est-à-dire tout ce qui est plateau, diffusion. Parce que c’est la diffusion qui était lourde à l’époque. Ce n’est plus comme aujourd’hui où les gens diffusent par TNT. Le matériel lourd, tout est au quatre C. Il y a même des fauteuils qui sont au quatre C», détaille Cheikh Tidiane, au bout du fil.

«Un 4×4 Toyota Hilux est loué au minimum à 75 000 FCfa par jour»

Le fameux «trésor» de la Crei compte aussi des voitures de marque. Des 4×4 Toyota Hilux double cabine que l’administration provisoire aurait aujourd’hui mis en location. Ils seraient 8 4X4. «Des voitures qui n’ont jamais appartenu à AN Médias Sa et qui, malgré tout, ont été donnés à Cheikh Tidiane Ndiaye en prétendu administrateur provisoire. Il suffit de vérifier les immatriculations de ces véhicules Toyota Hilux pour voir qu’ils n’appartenaient pas à An/Média Sa. Mais remis illégalement à Cheikh Tidiane Ndiaye par la Commission d’Instruction de la Crei qui ne s’est pas souciée de la propriété des biens trouvés à la société.» Une accusation que ne réfute pas totalement l’ancien animateur de l’émission à succès, «Raconte un peu». «Effectivement, je loue les véhicules qui sont au nombre de cinq (5). C’était six (6) véhicules de marque Toyota Hilux mais il n’y en a un qui n’a jamais marché», reconnait reconnaît Cheikh Tidiane Ndiaye, sans ambages. Et l’administrateur de An/Médias de livrer ses raisons. «Je ne fais rien qui ne soit pas prévu par les textes par lesquels j’ai été nommé administrateur provisoire. Ceux qui nous ont confié l’administration provisoire nous ont autorisé à louer ces véhicules-là. Il n’y a rien d’extraordinaire, on ne le cache pas. C’est écrit noir sur blanc sur le document de la Crei par lequel nous avons été nommés administrateur provisoire», explique-t-il. Sans détour.

Mais quand on interpelle Cheikh Tidiane Ndiaye sur cette manne financière qui proviendrait des 4X4 Toyota Hilux qui seraient loués au minimum à 75 000 FCfa par jour et par unité, l’administrateur de An/Médias se refuse à tout commentaire. Ou presque. Refusant d’entrer dans ce jeu de calculs, il tient à rester prudent. «Je ne peux pas vous dire. D’habitude, je ne les loue pas tout le temps. Et quand ils sont loués, c’est noté, c’est répertorié et le moment venu, on rendra compte à qui de droit. Et vous pensez que cet argent-là, il va où ?», esquive-t-il. Il ajoute, assez prolixe : «Les voitures sont garées quelque part et à chaque fin du mois, il faut payer le garage. Vous le payez avec quoi ? Est-ce que la justice m’a donné de l’argent pour gérer ça ? Donc, on nous permet de louer ça pour prendre en charge certains coûts afférant à l’administration provisoire et tous les autres coûts. Quand c’est loué, c’est écrit noir sur blanc, on sait ce que cela génère, on sait également ce qui est utilisé pour payer les charges. Donc, une partie de l’argent servait effectivement à payer certaines charges. Le reste, si je dois rendre compte, je rendrai compte à qui de droit, mais pas à vous. Je ne suis pas censé vous rendre compte.» On n’en demande pas autant !

«Tout est pourri, obsolète»

Du sort du reste du matériel d’AN/Médias, «il serait en train de pourrir dans les entrepôts», affirme-t-on. La voiture satellite, qui aurait pu être louée, garée depuis 2014 devant chez Cheikh Tidiane Ndiaye, serait aujourd’hui carrément hors d’usage. De même que les que les caméras, les bancs de montages vidéo et autres ordinateurs qui se détruisent progressivement. «Le matériel est gâté, confirme Cheikh Tidiane Ndiaye. Par exemple, les Macintosh (ordinateurs) sont complètement inutilisables. Ce matériel, on l’a acquis en Angleterre en 2006. Il y a plein de stations de montages qui ne peuvent pas marcher parce que huit (8) ans, c’est une période de vie assez longue. La vérité, c’est que le matériel, pour l’essentiel, était obsolète. Je ne sais pas, qu’est-ce qu’on peut louer d’un matériel de 14 ans ?»

Pourtant, ce matériel qui aurait coûté une fortune à l’époque aurait pu être sauvé des affres du temps, selon des proches de Vieux Aïdara. Malgré tout, il a été laissé à Cheikh Tidiane et Mamadou Diop, qui bénéficient encore de la confiance de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) pour gérer ce patrimoine d’AN/Médias. «C’est un véritable gâchis, car ces équipements de valeurs auraient dû, après la condamnation définitive de Vieux, aller au service public de la Rts. Car, c’est une administration et comme son nom l’indique, elle n’est que provisoire», s’insurgent les mêmes sources proches de Vieux Aïdara. Cheikh Tidiane Ndiaye réplique : «Je suis transparent par rapport à cette affaire, il n’y a rien d’illégal ou d’anormal que nous faisons. Ce qui m’intéresse, c’est de pouvoir restituer ça. Parce que ça bouffe de l’espace chez moi et ça ne m’arrange pas. C’est un matériel qui est bon pour la cave, il ne peut servir à rien du tout.» Ce ne sera certainement pas la version de Vieux Aïdara, aujourd’hui en France, sous le coup d’un mandat d’arrêt international.