Concours De La Douane : Les 17 Militaires Radiés Se Rebellent

Jusque-là muets, les 17 militaires radiés du concours de la Douane brisent le silence, à travers un face-à-face avec la presse, hier, à Dakar. Ils se disent victimes d’injustice.

Ils ont réussi avec brio au concours direct d’entrée à l’école nationale de la douane de l’édition 2018. Ils sont ensuite été radiés après un mois et 15 jours de formation. Ces 17 militaires ont été non seulement radiés de leurs corps respectifs, mais suspendus de ladite formation. L’accusation brandit contre eux par le Chef d’état-major général des forces armées (Cemga) : «participation aux concours par voies de contournement». Une accusation qu’ils balayent d’un revers de la main. «Nous avons réuni toutes les conditions requises pour présenter notre candidature à ce concours. Nous sommes dans la légalité. C’est une loi qui nous a autorisés à passer ce concours. Nous avons déposé les dossiers nécessaires qui ont été validés par nos différents chefs hiérarchiques. Le problème est survenu après notre admission au concours. L’état-major a envoyé une lettre de recommandation pour qu’on nous suspende», explique Saliou Diop, porte-parole du jour. Qui poursuit : «Nous méritons autre chose que ce traitement indigne d’un militaire ayant servi la nation pendant plus de 10 ans. On le déplore. Ce sont de fausses accusations. Nous avons déposé des états signalétiques, des présences aux corps respectifs dont les motifs ont été bien exposés».

Selon le porte-parole des 17 militaires radiés, ses camarades n’ont goûté qu’un mois et 15 jours aux délices de la douane. Ils déplorent, en plus de leur radiation de leurs corps respectifs, la suspension de leurs salaires depuis un an. Selon lui, c’est une loi qui a été votée à l’Assemblée nationale en 1975 qui leur autorise de déposer leurs candidatures à ce concours. Laquelle loi prescrit pour qu’un militaire aspire passer un concours, doit obligatoirement faire 5 ans de service. Pour restreindre les aspirants, soutient Saliou Diop, l’état-major général de l’armée substitue cette loi par une note circulaire faisant passer ainsi le nombre d’années d’expérience à 9.

Abondant dans le même sens, Cheikh Moussa Laye Diaw, ex-caporale du bataillon des parachutistes, explique les voies et règlements à suivre pour se présenter à un concours quand on est militaire. Lesquels ont jusque-là été suivis par ses frères d’arme. Pour lui, quand un concours est ouvert, l’intéressé doit écrire une demande de participation qu’il dépose au bureau de son commandant de troupes. Et à ce dernier de donner son avis, favorable ou non, avant de la renvoyer à son supérieur hiérarchique. Le candidat doit également écrire une demande d’obtention d’un certificat de présence au corps pour justifier qu’il est militaire. En plus de cela, il doit aussi déposer un état signalétique qui informe sur les différentes étapes de sa carrière.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.