LE CRI DE COLÈRE DES ANCIENNES LIONNES : « OÙ EST-CE QUE LA SNH-HLM COMPTE NOUS METTRE »

Les anciennes gloires du basket-ball sénégalais dont Mame Maty Mbengue, six fois championne d’Afrique, et Anta SY, posent leurs conditions. « Nous ne refusons pas de sortir. Mais ce que nous voulons savoir c’est où est-ce que la SN HLM va nous mettre », ont-elles martelé, face à la presse ce mardi, 8 octobre. Elles sont montées au créneau suite au cri de cœur lancé par le collectif des résidents des immeubles offerts aux Lionnes, aux Hlm Maristes, par le président Abdou Diouf. Ces derniers, qui annoncent qu’ils ne vont pas se laisser faire, confient avoir porté l’affaire devant la Justice, accusant le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye, d’avoir fait couper l’eau et l’électricité. L’évacuation se justifie, selon les autorités, par l’état de dégradation des immeubles en question.

Le réquisitoire de Baba Tandiang, ex-président de la FSBB

L’ancien président de la Fédération sénégalaise de basket-ball (FSBB) a tenu à exprimer sa solidarité envers les anciennes gloires, fustigeant l’absence de son successeur, Me Babacar Ndiaye. « Je suis ému quand j’entends le réquisitoire de Nathalie et de Mame Maty Mbengue, ces filles méritent-elles ça, j’en doute.
Aujourd’hui, les filles de l’équipe nationale, garçons et filles, dorment dans des hôtels 5 étoiles, ce n’était pas le cas il y a 10, 15 ou 20 ans. Toutes ont gagné leur Coupe d’Afrique (trophée) sous les gradins de Marius Ndiaye, avec des matelas d’une épaisseur de 5 cm. Je l’ai vu. Aujourd’hui, je ne comprends pas l’attitude de la tutelle qui devait être là aujourd’hui pour être avec elles dans cette bataille. Certains disent le ministère mais le ministère n’a rien à faire ici parce que c’est un facilitateur. Peut-être qu’il aura un rôle à jouer dans les négociations mais sa place n’est pas ici. Ici, c’est la place de la fédération de basket-ball. Pour ceux qui ne le savent pas, je vais vous dire l’histoire de ces maisons parce que j’étais au cœur de cette affaire. J’étais l’un des premiers à savoir que les Lionnes allaient être récompensées. Le hasard a fait que j’étais dans la maison du ministre à l’époque, Ousmane Paye. Il me disait ’’tu sais Baba ce que j’ai l’intention de faire ? Les Lionnes viennent de gagner la Coupe d’Afrique, je vais proposer au président de leur offrir des maisons. J’en ai parlé au Directeur des HLM’’.

A l’époque, personne ne voulait habiter aux Maristes car il n’y avait rien. Elles (Lionnes) ont valorisé ce site. Je pense que si aujourd’hui le président de la République a construit ce formidable joyau qu’est l’Arena, c’est grâce aux titres accumulés de ces dames. Nous le remercions au passage. Je voulais attirer l’attention du président et de son épouse, la Première dame, que c’est des choses qui ne doivent pas arriver au Sénégal. »
Feue Adama Diop, ex-Lionne du basket, était représentée à la rencontre par sa maman.