Prétextant Un Enlèvement, Maguette NIANG Rejoint Son Copain Avec L’argent De Sa Tante

Habitant aux Parcelles-Assainies de Thiès et commissionnée par sa tante pour remettre l’argent de la tontine, 95.000 francs Cfa, à une des membres, la jeune fille Maguette Niang, 24 ans, n’a rien trouvé de mieux à faire que de fuguer pour se retrouver dans les bras de son amant pendant quatre jours, à Pout. Pendant ce temps, ses parents ont cru à un enlèvement. Une thèse confortée par la jeune fille, à son retour. Une version qui n’a pas résisté devant le commissaire Sow du Poste de police des Parcelles-Assainies de Thiès.

Maguette Niang, 24 ans, ne manque pas d’inspiration pour passer du bon temps avec son amant. En effet, envoyée jeudi dernier par sa tante remettre un montant de 95.000 francs Cfa à un membre de la tontine, la jeune fille a tout simplement fugué pour rejoindre son petit-ami. Avec l’argent de la tontine, elle s’est payé deux téléphones portables dont l’un a été acheté à Thiès et l’autre à Pout. Les tourtereaux sont ainsi restés ensemble pendant quatre jours, alors que les parents de la jeune fille étaient dans l’angoisse. Cette disparition mystérieuse a été à l’origine de conjectures dans son quartier des Parcelles-Assainies de Thiès. Et la thèse de l’enlèvement fut la mieux partagée dans l’entourage de la jeune fille. Une thèse confirmée par Maguette Niang qui, avant de rejoindre ses parents, a concocté un scénario pour les rouler dans la farine.

L’histoire montée de toutes pièces par la jeune Maguette Niang

Ainsi, le dimanche matin, elle a fait appeler chez ses parents à Thiès pour les informer de sa découverte. Une fois rentrée, elle déroule le film d’une mésaventure qui n’existe que dans sa tête. Le jour des faits, narre-t-elle, un véhicule 4X4 aux vitres teintées s’est garé à ses pieds avant que les deux occupants ne lui demandent une adresse d’une personne. Avant même de réagir à l’interpellation, elle a été assommée et embarquée dans le véhicule. Poursuivant, elle révèle s’être retrouvée au bord d’une route goudronnée et c’est une passante qui lui a dit qu’elle était à Pout. Puisqu’elle a des parents à Pout, elle a réussi à les contacter avant que ces derniers n’entrent en communication avec la famille à Thiès.