Retards de la criminalisation du viol : L’ajs crie au scandale




L’Association des Juristes Sénégalaise (Ajs) se désole de la non criminalisation du viol. Face à la presse, ils ont montré toute leur opposition à cette nouvelle version du projet de loi sur le viol. «Le Président Macky Sall avait été très clair après les séries de viols et de violence faites aux femmes au mois de mai. Il avait demandé que le viol soit criminalisé de même que la pédophilie. Nous nous sommes rendu compte que le viol en lui même n’était pas criminalisé aussi la pédophilie, puisque les peines qui s’appliquent aux crimes ne l’ont pas été. On en reste à la Loi de 1999, à savoir que le viol est puni d’une peine de 5 ans à 10 ans d’emprisonnement ; on a ajouté une amende de 500 mille à 5 millions».
Selon la présidente d’honneur de l’Ajs, force est de constater que dans ce projet de Loi il n’y a pas eu criminalisation du viol. Loin de baisser les bras, ladite association s’engage à poursuivre le plaidoyer afin d’obtenir gain de cause.«Ce que nous comptons faire, nous allons, du point de vue juridique, saisir les autorités compétentes, de voir avec les parlementaires qui sont nos alliés, avec la société civile, comment faire avant que ce projet ne loi ne parte à l’Assemblée, disons en commission de Loi, qu’on puisse apporter des amendements et qu’on puisse respecter la parole qui a été donnée par le Président Macky Sall : à savoir que le viol soit effectivement criminalisé». Mieux, Me Ndèye Fatou Touré soutient qu’au regard de ces manquements, les autorités doivent suspendre le projet de loi et d’en discuter avec les associations, en vue d’arrondir les angles.