SCANDALE DANS UNE INSTITUTION FINANCIÈRE DE RENOM: l’épouse d’un célèbre musicien, pompe les comptes de deux chefs d’agence

Par des manœuvres frauduleuses, une responsable d’une grande banque a réussi à siphonner, durant trois ans, des comptes bancaires de deux chefs d’agence de transfert d’argent, logée dans ladite institution financière. L’employée de banque est l’épouse d’un célèbre musicien du pays.

Plusieurs millions de francs Cfa ont été volés dans les comptes bancaires de deux chefs d’agence de transfert d’argent par l’épouse d’un célèbre musicien employée dans une grande institution financière, dans laquelle l’agence de transfert d’argent en question est domiciliée sous le signe d’un partenariat. Cette affaire suscite des grincements de dents et pollue présentement l’atmosphère au sein de l’établissement financier de renommée internationale et risque de porter un sacré coup à son image de marque et à sa légendaire réputation.

Elle use de «brouillards» et des chèques vierges libellés au nom des chefs d’agence

A l’institution financière, aucun responsable ou agent de quelque niveau que ce soit ne pouvait s’attendre à des pratiques délictuelles aussi gravissimes, visant à user de moyens frauduleux et malhonnêtes pour pomper dans les comptes de banque partenaire de la part de leur collègue de service. Mais, d’après nos contacts, le procédé de celle-ci consistait juste à se procurer des documents appelés «brouillards» et à utiliser des chèques vierges qu’elle remplissait au nom des deux chefs d’agence de transfert d’argent de la même boite en question, avec une imitation parfaite de leurs signatures respectives, avant de puiser dans les caisses. Elle alternait les deux chefs d’agence de transfert d’argent.

Les montants se chiffrent à plusieurs millions

Les montants pris dans les comptes bancaires se chiffrent à plusieurs millions de francs Cfa. Ces gestes se répétaient chaque deux ou trois mois durant une période de trois ans d’affilée, sans éveiller le moindre soupçon du côté de la direction de l’institution financière. En effet, après avoir mûrement ourdi son plan, l’employée de banque faisait fi de la procédure de décaissement ou retrait d’argent et se présentait avec le chèque libellé au nom desdits chefs d’agence devant ces collègues caissiers de la banque. Ces derniers, ne doutant point de la bonne foi de la dame, s’activent et lui filent le montant. La procédure voudrait qu’à chaque fois il y a mouvement dans le compte bancaire d’un tiers, que celui-ci soit aussitôt informé via un message envoyé sur son téléphone portable. Ce qui n’a jamais été le cas durant toute la période de vol d’argent.

Trahie par un message sur le téléphone d’un des propriétaires de comptes, elle rend les 20 millions retirés

Mais, les pratiques frauduleuses finissent par se révéler au grand jour et ceci, à la surprise désagréable de tout le personnel administratif de l’établissement financier. Un jour, un des propriétaires de comptes bancaires reçoit un message sur son téléphone portable l’informant d’un retrait de plusieurs millions de francs Cfa sur son compte. Après vérification, il se rend compte que la jeune femme est l’auteur dudit retrait d’argent et la fait venir séance tenante pour une séance d’explication. Démasquée, celle-ci passe à table, se confond dans de plates excuses et sollicite la magnanimité de la direction. Elle sort l’argent de son sac et le remet sur la table de bureau du responsable de l’institution financière.

La direction tient une réunion restreinte et ordonne à ses agents de taire le scandale

Après l’acte délictuel de l’agent, la Direction générale, plus préoccupée par l’image de marque de la banque, convoque une réunion secrète d’urgence avec un nombre très restreint de hauts cadres et décide de gérer en interne le scandale, afin de l’étouffer. Le préjudice financier subi par les deux propriétaires de comptes pillés pourrait se chiffrer à des dizaines de millions de francs Cfa. Un ordre est alors donné aux agents de taire l’affaire.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.