Sédhiou : Les populations de Bakoum s’opposent au bradage de leurs terres




Les communes sans ressources comme celle de Diendé située dans le département de Sédhiou comptent généralement sur les frais de bornage des parcelles à usage d’habitation pour se faire une petite santé financière. Ainsi, toutes les surfaces exploitables sont quasiment découpées pour faire du business sur le dos des paysans.

Cela a soulevé l’ire des populations des villages de Bakoum Mankagne, de Bakoum Mandingue, de Kounayan Diola, de Kounayan Mandingue et de Badiadiang. Pour se faire entendre, ils ont organisé un sit-in mardi dans l’après-midi à l’école élémentaire de Bakoum Mankagne pour dénoncer ce lotissement qu’ils jugent “injustifié, inopportun et impertinent’’.

A cette occasion, les populations des villages cités ont dénoncé ce qu’elles appellent « la politique d’expropriation de leurs terres ». Yaya Massaly qui a porté leur qualifie cela « de maffia orchestrée par l’équipe municipale ». Il explique que les frais de bornage fixés à 100.000 francs sont exorbitants et sont uniques dans la région, que les 100 mètres laissés de part et d’autre de la route constitue une réserve nébuleuse pour les tenants du pouvoir local, que les pauvres paysans sont spoliés de leurs principales ressources de survie que sont les champs.

Nous avons tenté en vain d’avoir la version de l’institution mais le portable de Hamidou Diallo, le maire titulaire, sonne dans le vide. Le 1er adjoint, Cyrille Ndecky, dit n’être pas informé de cette manifestation des populations et le 2ème adjoint Bourama Badjinka est injoignable.