Thiès : L’épouse d’un policier arrêtée pour tentative de meurtre du fils de sa coépouse

Entre la dame O. Diop et sa coépouse Ndèye C. Diop, l’antagonisme qu’elles se vouent a fini par atteindre un seuil inquiétant. À l’insu de leur époux, un policier en fonction dans un poste frontalier du pays, O. Diop, sa coépouse et leurs enfants vivent sous le même toit au quartier Cité Ouvrière (commune de Thiès-Nord). Les relations heurtées qui fondent leur quotidien ont amené les proches et autres sages du coin à mener moult médiations pour réconcilier les deux dames. Malgré toutes ses conciliations, O. Diop qui avait assurément une haine viscérale contre sa coépouse, va mijoter un plan machiavélique pour solder ses comptes avec celle-ci. Seulement, elle va pousser le bouchon très loin, au point «d’enlever le fils de celle-ci et tenter de le tuer». Une tentative d’homicide qui a conduit à son placement en garde à vue au commissariat urbain de Thiès.

La tentative de meurtre

Dans la nuit du 14 au 15 mai dernier, O. Diop choisi de matérialiser son dessin macabre. Son modus opérandi parfaitement élaboré consiste à «enlever sa victime âgé de 5 ans, à l’entraîner dans un coin isolé non loin de la voie ferrée et procéder à son étranglement jusqu’à ce que mort s’en suive». Selon des sources proches de l’affaire, la dame O. Diop parviendra à exécuter la première phase de son plan qui a consisté à enlever sa victime, conduite dans ce coin isolé susmentionné. Heureusement pour le môme de 5 ans, il sera sauvé «d’une mort certaine» par des occupants de maisons voisines des lieux qui, perchés à leurs balcons, sont alertés par les cris de l’enfant à cette heure indue de la nuit. Venus promptement aux nouvelles, ces derniers vont retrouver sur les lieux la dame O. Diop et un jeune homme identifié sous le nom de A. Diop. Sur place, ces voisins remarquent avec stupéfaction qu’une corde avait été nouée au cou du garçon qui en plus semblait inconscient. La dame O. Diop et son présumé complice A. Diop sont ainsi interpellés et conduits au Commissariat urbain de Thiès.

Selon des sources proches de l’affaire, ce jeudi 14 mai, marquant la célébration nocturne du «Laylatoul khadr», la dame Ndèye C. Diop s’attelait à la préparation du repas du soir. C’est dans ce cadre qu’elle a commissionné son garçon C.A.B. Ndiaye, âgé de 5 ans, à la boutique du coin, pour acheter un bouillon. Celui-ci va tarder à revenir. Inquiète, sa maman craint le pire. Elle alerte les membres de sa famille et une battue est aussitôt organisée. Les rues du quartier sont passées au peigne fin, mais en vain. Le jeune C.A.B. Ndiaye reste introuvable. A l’instar des occupants de la maison, O. Diop témoigne sa compassion à sa coépouse et participe même aux recherches. A 20 heures, heures de l’entrée en vigueur du couvre-feu, les recherches seront interrompues. Quelques instants après, la dame O. Diop reçoit un coup de file auquel elle ne s’attendait pas. C’est celui d’un cousin à son père qui, au bout du fil, l’accuse d’être l’auteure de la disparition du jeune garçon. Il lui révèle l’avoir vue, en début de soirée, monter sur une moto Jakarta avec le môme. La dame réfute formellement ces accusations. Mieux, malgré le couvre-feu, O. Diop quitte discrètement le domicile conjugal. Elle sera retrouvée, vers 1 heures du matin, à proximité de la voie ferrée, en compagnie de son présumé acolyte A. Diop et le môme qui avait une corde nouée au cou.

Après le placement en garde à vue de la dame O. Diop, une question taraude les esprits dans le domicile conjugal. Quel est le mobile de cette tentative de meurtre ? Une question sans réponse qui a amené certains à assimiler les faits à un «sacrifice humain», au moment où d’autres parlent de jalousie maladive. Mal-en-point, C.A.B. Ndiaye (la victime) a été conduit aux Urgences de l’hôpital Ahmadou Sakhir Ndiéguène où il est maintenu en observation après avoir subi des radios et scanners qui sont versés au dossier. O. Diop qui est placée en garde à vue allaite un bébé de quelques mois.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.