“J’ai dû marcher nue pour prouver aux gens que j’étais une fille

Caster Semenya, la championne olympique sud-africaine écartée des prochains Mondiaux à Doha (Qatar) par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) pour son taux de testostérone trop élevé, Caster Semenya estime être ciblée non pour sa couleur de peau mais pour son « invincibilité ». Elle a aussi révélé qu’à un moment de sa carrière, elle se mettait nue dans les vestiaires , juste pour prouver qu’elle était une fille.

Semenya a révélé ces informations lors de la conférence des plus grandes femmes de la Standard Bank, tenue à l’Emperors Palace, à Kempton Park, dans le East Rand.

Selon elle, se mettre nue devenait une nécessité, car ses coéquipières avaient du mal à rivaliser avec elle. Elle a également révélé qu’elle avait grandi entre des garçons et qu’elle devait marcher sept kilomètres chaque jour, raison pour laquelle elle était rapide.

« Je ne peux pas dire que je suis ciblée parce que je suis une femme noire africaine. Ce que je peux dire, c’est que je suis ciblée parce que je suis invaincue… », a-t-elle dénoncé

“J’ai dû marcher nue pour prouver aux gens que j’étais une fille – Caster Semenya

« Chez les hommes, vous ne catégorisez rien. Vous ne dites pas que cet homme a une testostérone élevée ou qu’ils sont musclés, qu’ils ont de longues jambes, qu’ils ont ce physique imposant. Vous ne dites pas cela. Vous dites simplement : “Cet athlète est phénoménal, il est le plus grand, nous avons jamais vu ça”, mais alors si c’est une femme… », se plaint la championne sud-africaine.

«J’étais toujours dans la brousse [en formation]. Les intimidations pour moi n’ont jamais existé, car ma façon de réagir a été rude. J’étais une de ces jeunes femmes qui n’avaient pas peur. J’avais des objectifs. Je savais que tout ce que je toucherais se transformerait en or », a-t-elle déclaré.

«Mon père pensait que j’allais être avec Banyana Banyana, mais je l’ai déçu parce que j’ai dû vendre mes chaussures de football contre des crampons. Il était assez surpris. Courir est mon destin. Quand je suis sur la piste, j’oublie tout », a-t-elle ajouté.