«ON N’A PAS LE TEMPS DE DORMIR, SI ON VEUT GAGNER L’AFROBASKET»

L’entraîneur des «Lionnes», Cheikh Sarr, indique la voie.

La préparation en direction de l’Afro basket féminin s’accélère pour les «Lionnes» du basket. Après la connaissance des premiers adversaires de poules de l’Afrobasket 2019, les «Lionnes» du basket sont en pleine bourre, avec l’objectif tourné vers la conquête du titre. L’entraîneur des «Lionnes», Cheikh Sarr, indique la voie.

«Nous n’avons pas le temps à dormir, si on veux gagner la Coupe d’Afrique.» «On se concentre sur nous. Notre objectif, c’est d’abord de passer le premier tour et d’aller en quart de finale. Peu importe l’équipe qui est dans notre groupe, on se doit de défendre très dure et de gagner les matchs.

L’objectif final, c’est gagner la Coupe. Et cela passe par les objectifs intermédiaires. Nos adversaires que sont la Côte d’Ivoire et l’Egypte ont l’habitude d’aller à l’Afrobasket. La formule a changé et si tu veux gagner la Coupe d’Afrique, c’est cinq matchs. C’est intense et court. C’est pourquoi, on n’a pas le temps de dormir, si on veut gagner l’Afrobasket. Ce sont des équipes que l’on respecte, mais ce sont des matchs qu’il faut jouer à fond, au maximum et aller au deuxième tour», a-t-il confié, après la séance d’entraînement d’hier, mardi 30 juillet.

 A trois jours du tournoi test qui va opposer les «Lionnes» à la Côte d’Ivoire et l’Egypte, le coach national assure que le rythme s’élève progressivement. «On a cinq compartiments, du secteur de la mène à celui du pivot. Dans chaque poste, il y a deux anciennes et une jeune. Moi, je mise maintenant sur le jeu, la compétitivité et la capacité de tenir les matchs jusqu’au bout. On a intérêt à jouer notre vrai jeu. Le rythme s’élève progressivement. Les joueuses ne sont pas venues en même temps. Il y a eu un décalage entre Yacine Diop, Aïda Fall et les autres membres. Maintenant, nous sommes en train de niveler le niveau de forme des joueuses, avec les séances de défenses. Mais, ce n’est pas encore évident parce que l’on a eu des matchs tests en Chine, mais le jeu africain est un peu différent. On doit s’adapter par rapport à cela.» En attendant, le coach aura deux matchs test lors du tournoi de préparation avec la Côte d’Ivoire et l’Egypte, prévu à partir de samedi prochain.

REACTIONS

LENA NIANG, PIVOT DES LIONNES «C’est une grosse fierté d’être appelée en équipe nationale»

Léna Niang est l’une des nouvelles dans la liste de 15 joueuses de l’équipe nationale féminine de la Tanière qui poursuit la préparation à l’Afrobasket féminin. Appelée pour la première fois, la pensionnaires des Owls de Temple University, dans le championnat universitaire américain, a affiché sa fierté et estime avoir pris cette sélection comme une fierté et un rêve qui se réalise. Bien intégrée dans le groupe «L’intégration en équipe nationale s’est bien passée. Les anciennes nous ont bien accueillis. Depuis très jeune, on a attendu cette sélection. Au début, en tant que jeune, on est un peu timide devant les anciennes. Mais, depuis les premières séances d’entraînement, on est bien intégré dans le groupe. Nous sommes quinze joueuses et le travail sera très dur. Tout le monde se bat pour être dans les douze. C’est une grosse fierté d’être appelée en équipe nationale, de porter le maillot national et de représenter notre pays», confie l’ancienne joueuse de la Jeanne d’Arc.

LALA WANE, ARRIERE DES “LIONNES” : «Se concentrer et faire ce que l’on nous demande»

Dans l’équipe du Sénégal aux Jeux olympiques de 2016, Lala Wane s’achemine vers sa deuxième compétition majeure avec les «Lionnes», lors de cet Afrobasket 2019. Avec l’ambition de remporter, avec le Sénégal, le trophée africain.

«Je viens libérée. Je fais le maximum. Le reste, ce sera au coach. L’ambiance est bon enfant, mais il faut travailler. On a besoin de cela pour affronter les équipes qui vont venir… Il y a une bonne pression, si elle devrait nous permettre de donner deux fois plus et s’imposer en même temps dans notre pays. Mon objectif personnel, c’est de gagner la Coupe», déclare l’arrière des «Lionnes» évoluant à Pau Orthez (France), à l’issue de la séance d’entraînement effectuée, hier mardi, au stadium Marius Ndiaye.

«On peut avoir une surprise avec n’importe quelle équipe. Il faut surtout les respecter. On doit jouer, se concentrer et faire ce que l’on nous demande, respecter les consignes. A partir de ce moment, on peut gravir les échelons. On se donne à 100%, on essaie de respecter les consignes du coach», a-t-elle ajouté