AFFAIRE TIGO – Pourquoi Kabirou Mbodje a reculé ?


L’affaire a défrayé la chronique pendant de longs mois. Soudainement, elle a cessé d’alimenter les choux gras de la presse.

Pour rappel, le patron de Wari, qui avait assigné Milicom devant le juge pour « exploitation abusive de sa licence », n’a pas manqué d’attaquer signé le décret par le chef de l’Etat le 6 avril 2018, approuvant la cession de Tigo Sénégal à Saga Africa Holdings Limited de Yérim Sow et Cie.

On se souvient également que Kabirou Mbodje a été débouté par la justice sénégalaise. En l’espèce, on s’attend à ce que la bataille juridique se prolonge sur le terrain international ou prenne un tour médiatique. Mbodj avait même, en son temps, accordé un entretien à Walf Quotidien pour afficher sa détermination d’aller jusqu’au bout. Pourquoi alors ce rétropédalage ?

En vérité, il est légitime de se demander si Kabirou n’a pas cédé au lendemain de la publication d’informations compromettantes le concernant et distillées par le site warileaks.com. « Comme son nom l’indique, c’est une vraie bombe. Par on ne sait comment, ces initiateurs se sont procurés des documents internes de Wari, des factures, des virements, dossiers… Bref, presque toute la vie privée et professionnelle de Kabirou Mbodje, le fondateur de Wari, est en ligne. Qui sont les initiateurs de ce site ? La seule chose qu’on sait est qu’ils se présentent comme le « fan club de Kabirou Mbodje », relève Libérarion dans une de ses publications.
L’administrateur de ce site avait menacé de publier chaque jour de nouveaux documents et lettres écrites par Kabirou Mbodje, ses partenaires commerciaux, ses employés et ses amis.

C’est dire…